Actualités embauche senor

Comment réapprendre à séduire après 20 ans d’expérience professionnelle

, par La Rédaction

Réapprendre à séduire après 20 ans d’expérience professionnelle peut sembler à première vue un exercice insurmontable, tant les années vous ont éloignées progressivement d’une démarche pourtant toujours à portée de main : CV, entretiens, et autres étapes de recrutement quelles qu’elles soient. Le point avec Bruno Boué coach Yapuka.

Les circonstances qui peuvent vous amener à vous retrouver dans cette situation peuvent intervenir plus rapidement que vous ne le pensez et vous allez devoir retrouver le parcours fastidieux d’un recrutement, de l’exigence des entreprises, et probablement vous confronter à une déconnexion par rapport au marché de l’emploi. Mais rassurez-vous, tout est encore en vous pour réussir et vous allez vite vous rendre compte qu’il suffit de peu d’effort pour retrouver votre pouvoir de séduction et convaincre à nouveau. Je vous propose de porter votre réflexion sur trois axes essentiels pour remobiliser vos capacités à aborder cette nouvelle étape de votre parcours.

La cohérence de votre projet

Quelles que soient les circonstances qui vous amènent aujourd’hui à redéployer tous vos talents (un licenciement collectif, la cession de votre entreprise, le retour d’une expatriation et l’éducation de vos enfants), vous devez d’abord construire un discours cohérent qui démontrera votre envie réelle d’investir dans ce nouveau projet. Pour cela, vous devez veiller à ce que les compétences requises pour le poste que vous visez soient au plus près de votre expérience, donc des compétences acquises, mais aussi que vos atouts apporteront un « plus » et s’avéreront déterminant dans votre réussite, vous en êtes convaincu.
Par exemple, vous pouvez faire la liste de tous vos résultats obtenus par le passé. Ces résultats peuvent être de nature qualitative ou bien quantitative, professionnels bien sûr, mais aussi dans vos autres activités. Tous doivent converger vers les exigences du poste que vous voulez obtenir. Soyez fier de ce que vous avez réalisé jusqu’à maintenant et n’hésitez pas à mettre en avant quelques faits d’armes, récents ou plus anciens.
Un autre angle d’approche qui peut s’avérer déterminant est d’orienter votre discours autour de ce que vous apporterez chez votre futur employeur, plutôt qu’autour de ce que vous avez réalisé, apporté, pensé, construit, dans un passé qui est étranger à celui du recruteur. En conclusion sur ce point : La cohérence de votre trajectoire professionnelle doit démontrer que vous êtes parfaitement “dans le coup”. Si vous en êtes convaincu, alors vous convaincrez.

La clarté de votre discours

Vous serez naturellement parfaitement au point sur le secteur d’activité de l’entreprise, sur l’organisation de celle-ci, ses projets, son expansion et ses valeurs qui vous laissent penser que vous vous y épanouirez, que vous représenterez un bon investissement et que votre rayonnement saura rapidement remporter l’adhésion de vos managers. Plus vous captiverez vos interlocuteurs, plus vous susciterez leur curiosité, leur intérêt, plus vous apparaitrez comme une évidence pour ce poste.
Et c’est seulement avec cette maîtrise que votre pouvoir de séduction se mettra en action car vous dominerez tellement votre sujet que vous serez naturel et donnerez le meilleur de vous-même.

À lire aussi : Halte au défaitisme, comment surmonter ses fausses croyances avant un entretien

Votre aisance à convaincre

Une fois dégagé du contenu, toujours un peu technique sur le fond, c’est sur la forme que vous allez mettre le paquet et emporterai le morceau ! Pour cela vous devez maîtriser votre diction, votre gestuelle, votre respiration et vous débarrasser le plus possible de ce qui génère du stress. Le stress, c’est un peu comme le cholestérol, il y a le bon, celui qui stimule, qui donne de l’adrénaline, et le mauvais, celui qui paralyse et qui inhibe vos capacités et vous rend vulnérable.
Éloignez vos peurs et retrouvez du plaisir. La peur génère du stress : vous vous sentez stressé parce qu’en réalité vous avez peur de rater votre entrée, d’être mal à l’aise, d’être emprunté de gestes parasites et de bafouiller.
Outre la respiration et la relaxation corporelle, un autre moyen de limiter le stress avant « d’entrer en scène » est de prendre confiance en vous. Vous pouvez, par exemple, faire l’exercice suivant : Relâchez votre corps le plus possible et lorsqu’une succession de respirations a contribué à vous détendre complètement, fermez les yeux et repensez à un épisode récent de votre vie où vous vous êtes senti très fort, très fier d’avoir réussi un exploit, une performance, d’avoir impressionné quelqu’un, rappelez-vous ce qui s’est passé en vous à ce moment précis, ce que vous avez ressenti. Essayez de rester suspendu à cette sensation quelques instants et, lorsque vous ouvrirez alors les yeux, il n’est pas impossible que vous ayez le sourire.

Avatar

La Rédaction


Sur le même thème