Marché de l'emploi dépression

Dépression : ne pas perdre le chemin de l’emploi

, par Marie Roques

Encore mal connue et assez mal perçue en France, la dépression reste une maladie qui peut toucher chacun d’entre nous. Bien souvent elle écarte les personnes atteintes du marché de l’emploi et pénalise davantage ceux qui cherchent à en reprendre le chemin.

La dépression se manifeste en premier lieu par un épuisement physique et psychologique et débouche bien souvent sur une perte d’estime de soi et de toute envie. “Très rapidement, le lien social se rompt, les personnes dépressives ont envie de rester seules et, cette situation si elle dure trop longtemps, peut laisser la place à des idées suicidaires”, résume Laurence Dapon, chargée des ressources humaines et bénévole au sein de l’association France Dépression, elle-même malade pendant plusieurs dizaines d’années. Très rapidement, une personne dépressive ne peut plus se rendre au travail. Conduire ou prendre les transports en commun devient soudainement une épreuve insurmontable. “Elle ne peut plus travailler car elle n’a plus les ressources cognitives pour le faire, assure Laurence Dapon. Elle devient rapidement très lente au niveau de ses réactions pour la résolution de problème, tout lui fait peur, la prise de décision et le maintien au travail sont donc très difficiles.”

 

Reprendre des forces

Ces personnes contraintes de quitter momentanément leur poste peuvent ensuite être écartées du chemin de l’emploi. “Si elles sont déjà au chômage en plus de la dépression, c’est la double peine, insiste Laurence Dapon. Au cours d’un entretien de recrutement, un professionnel avisé sent la maladie. Les candidats ont du mal à trouver les ressources pour se battre quand on connaît les efforts à fournir aujourd’hui pour trouver un emploi.” Dans tous les cas, la bénévole conseille en premier lieu de consulter un médecin afin d’être traité et suivi dans le cadre de cette maladie. Elle estime également qu’il est important de mener un travail de fond pour se reconstruire par exemple à l’aide d’une psychothérapie. “Ce n’est qu’après cette phase que l’on peut réellement retourner au travail ou poursuivre ses démarches de recherche d’emploi, explique-t-elle. Mais le processus est compliqué, il faut trouver le bon traitement. Moi ça a duré trente ans et ça a bousillé ma carrière professionnelle.”

 

France dépression en action

Pour aider les personnes victimes de dépression dans leurs démarches de retour vers l’emploi, France Dépression épaule à la fois les malades et les aidants (famille et proches). “Notre rôle est aussi d’informer le grand public des dégâts que cause la maladie, explique Laurence Dapon. Elle est encore méconnue en France et même stigmatisée.” Les personnes dépressives et leur entourage peuvent notamment retrouver sur le site de l’association de nombreuses informations sur la maladie et tous ses aspects. “Nous organisons également des groupes de paroles à Paris pour aider les personnes à s’en sortir”, ajoute Laurence Dapon. France Dépression propose aussi des ateliers d’écriture et participe, chaque année, à la semaine européenne consacrée à la santé mentale à travers diverses interventions. L’association compte aussi des antennes régionales comme à Grenoble, Bourges ou Dijon.

gplus-profile-picture

Marie Roques
Journaliste pour Rebondir


Sur le même thème


Réagir à cet article

Un système de modération est en place sur ce site. Votre commentaire sera en ligne après vérification.


*

* Champs obligatoires