Marché de l'emploi Chômage

Le travail temporaire recule, mais reste “historiquement élevé”

, par Fabien Soyez

Selon le baromètre Prism’emploi, l’emploi temporaire est en baisse continue depuis janvier 2019. Mis à part les services, tous les secteurs d’activité sont concernés. Mais l’intérim demeure à un niveau élevé.

 

Le baromètre Prism’emploi, qui décrit les évolutions des effectifs intérimaires observés chaque mois (par rapport à celui de l’année précédente), permet d’observer une baisse générale en août 2019.

Selon l’étude, l’intérim représente actuellement une part “relativement stable” de l’emploi salarié en France : entre 2,9 % et 3,6 % depuis 2000. Et comme le rappelle Prism’emploi, même s’il ne permet pas d’anticiper l’évolution du chômage, il constitue “un indicateur avancé de l’emploi, les infléchissements observés intervenant 6 à 12 mois avant que les mouvements d’emploi d’autres secteurs soient perceptibles.”

Fin août 2019, on comptait quelque 71 000 CDI intérimaires, ou CDII (1). Par rapport à 2018, Prism’emploi remarque que les effectifs intérimaires s’inscrivent en baisse au niveau national, avec – 4,3 %.

 

Une hausse dans les services, une baisse partout ailleurs

Selon le baromètre, cette baisse des effectifs intérimaires s’inscrit en fait dans le “prolongement” des “évolutions observées” depuis janvier 2019 (- 4,5 % en moyenne). La majorité des secteurs sont concernés par la diminution d’emplois temporaires. S’ils sont en hausse dans les services (+3,3 %, pour une progression continue depuis janvier avec + 3,1 % en moyenne), ils sont ainsi en baisse dans le BTP (- 3,2 %, contre -2,7 % en juillet), le commerce (-4,4 %), ainsi que les transports (-5,5 %) et l’industrie (-6,8 %). Toutefois, ce mois-ci, les tendances de ces deux derniers domaines d’activité se situent respectivement à 4,8 et 1,3 points au-dessus de la moyenne enregistrée depuis janvier.

Concernant les effectifs intérimaires par qualification, Prism’emploi constate une “évolution contrastée”. Ainsi, dans le contexte du rebond du secteur des services, l’emploi intérimaire augmente chez les cadres et professions intermédiaires (+4,3 %), mais recule chez les employés (-3,1 %), les ouvriers non qualifiés (- 3,8 %) et les ouvriers qualifiés (-8,9 %).

 

71 000 CDI intérimaires

“La baisse des effectifs intérimaires enregistrée depuis le 4e trimestre 2018 doit être relativisée”, nuance toutefois le baromètre. En croissance depuis janvier 2015, l’intérim se situe en effet actuellement à “un niveau historiquement élevé”.

Avec près de 71 000 CDI intérimaires signés à fin août, cette forme de contrat poursuit ainsi son développement “de façon complémentaire aux contrats d’intérim classiques”. Depuis un an, ce sont finalement plus de 25 000 CDII supplémentaires qui ont été recrutés par les agences d’emploi. “Ainsi, en tenant compte de ce type d’activité, la diminution de l’emploi intérimaire dans son ensemble se limiterait à -1,6 %”, conclut Prism’emploi.

 

(1) Le CDII est un type de contrat de travail à durée indéterminée. Passé avec une agence d’intérim, il permet d’obtenir une liberté dans les missions d’intérim, tout en ayant la stabilité du CDI.

 

 

Fabien Soyez

Fabien Soyez
Journaliste Web et Community Manager


Sur le même thème


Réagir à cet article

Un système de modération est en place sur ce site. Votre commentaire sera en ligne après vérification.


*

* Champs obligatoires