Marché de l'emploi formation-btp

L’emploi en intérim est resté en chute libre en mai, dans tous les secteurs

, par Fabien Soyez

Temps de lecture estimée : 2 minutes

Selon le dernier baromètre Prism’emploi, publié le 1er juillet, le travail temporaire a enregistré en mai une baisse de – 47,4 % par rapport à l’année précédente. Tous les secteurs sont en baisse, même si ceux qui ont le plus souffert sont le BTP, les services et l’industrie.

En mai 2020, malgré le déconfinement amorcé le 11, le travail temporaire a enregistré une baisse de -47,4 % par rapport à mai 2019, selon le dernier baromètre de la fédération Prism’emploi (1), qui regroupe plus de 600 organisations spécialisées dans l’interim. Alors qu’au mois de mars, il existait des disparités entre les secteurs (la grande distribution, la logistique et l’agroalimentaire recrutaient toujours), cette fois-ci, “les écarts tendent à s’aplanir”.

“Tous les secteurs sont en baisse”, indique Prism’emploi. L’intérim diminue ainsi dans les transports (-25,6 %), le commerce (-43,8 %), l’industrie (- 47,8 %), les services (-53,8 %) et le BTP (- 61,1 %).

 

Tous les secteurs et toutes les qualifications sont touchées

Le secteur le plus touché demeure le BTP. “Toutefois, c’est également dans ce secteur que le redressement est le plus notable (+ 23 points par rapport à la tendance d’avril)”, observe Prism’emploi. Les secteurs de l’industrie et des services “connaissent des évolutions comparables, avec une perte d’activité de moitié sur un an, et avec un redressement de 4 points par rapport au mois dernier”, ajoute la fédération. Le commerce et les transports sont aussi concernés par la baisse de l’intérim. Mais ils enregistrent “une évolution plus favorable que la moyenne”, avec + 10 points par rapport à avril.

Les écarts s’aplanissent aussi entre les qualifications. Ainsi, “tous les niveaux de qualifications sont en baisse”, que ce soit chez les cadres et professions intermédiaires, les ouvriers et les employés. L’intérim ouvrier décline de – 48,6 %, les ouvriers qualifiés (- 49,1 %) et non-qualifiés (- 48,1 %) se situant “sur une tendance comparable”. Dans le même ordre de grandeur, les intérimaires occupant des postes d’employés baissent de – 49,1 %. En revanche, l’intérim des cadres et professions intermédiaires “souffre un peu moins”, avec une diminution des effectifs de -38,3%.

 

(1) Prism’emploi souligne que “ces chiffres doivent être interprétés avec prudence, car l’activité partielle vient troubler la bonne compréhension des données  brutes. De même, les tendances de mai, habituellement perturbées par le calendrier des jours fériés, sont traditionnellement difficiles à interpréter”.

 

 

Fabien Soyez

Fabien Soyez
Journaliste Web et Community Manager


Sur le même thème