Marché de l'emploi emploi-jeunes

Emploi des jeunes : la région Île-de-France met en place un bonus-malus pour le financement des missions locales

, par Fabien Soyez

La région IDF a instauré un bonus-malus pour le financement des missions locales pour l’insertion des jeunes décrocheurs. Une mesure qui risque de pénaliser des structures déjà en difficulté, selon l’opposition de gauche.

 
Créées en 1983, les missions locales pour l’insertion professionnelle et sociale des jeunes sont en charge des décrocheurs de 16 à 25 ans qui ne sont ni en emploi, ni en formation, ni en étude (NEET). Ces structures d’insertion, qui aiguillent les jeunes dans leur recherche d’emploi, mais aussi sur le logement et la santé, sont au nombre de 436 en France – dont 72 en Île-de-France.

Selon Le Figaro, cette dernière région, présidée par Valérie Pécresse (LR), a voté mercredi 22 mai la mise en place d’un bonus-malus financier sur le budget de performance de ses missions locales, « en fonction de leurs résultats contextualisés », autrement dit, en fonction « d’indicateurs relatifs aux données démographiques, au marché du travail et à l’emploi ». Pour mesurer la performance de la mission locale, sera pris en compte « le nombre de jeunes ayant eu accès à un emploi, un contrat en alternance ou une formation ».

 

Une journée de mobilisation prévue le 3 juin

Pour l’opposition de gauche, cette décision de la région IDF risque d’aggraver la situation de certaines missions locales. Selon Céline Malaisé, du Front de Gauche, « cela risque de pénaliser de nombreuses missions locales qui nécessiteraient au contraire un soutien accru, d’autant que certaines de ces missions locales ont déjà souffert de malus décidés par l’État ».

Les missions locales franciliennes appellent à une journée de mobilisation, le 3 juin, afin de « dénoncer la baisse des moyens de l’Etat » pour l’exercice financier 2019, qui conduirait selon elles « à la suppression de 70 emplois, soit la suppression des capacités d’accompagnement pour 10 000 jeunes en Ile-de-France ». En 2018, les 72 missions locales franciliennes ont accompagné plus de 161 000 jeunes dans leurs parcours d’insertion.

 
 

Fabien Soyez
Journaliste Web et Community Manager


Sur le même thème


Vos réactions (1)

  1. Malus BONUS, le

    Dans la formation, et demander des résultats ne peut aller que dans le sens d’une efficacité, a priori. Pourquoi les dispositifs sociaux échapperaient-ils à la règle de mieux faire qui s’impose aux demandeurs d’emploi ou autres allocataires ?

Réagir à cet article

Un système de modération est en place sur ce site. Votre commentaire sera en ligne après vérification.


*

* Champs obligatoires