Marché de l'emploi Édouard Philippe, Premier ministre du gouvernement Macron.

Édouard Philippe, Premier ministre du gouvernement Macron.

Plan d’investissement du gouvernement : redonner du travail à 2 millions de personnes

, par Innocentia Agbe

Ce lundi 25 septembre, le Premier ministre Édouard Philippe et l’économiste Jean Pisani-Ferry ont présenté le plan d’investissement rédigé par ce dernier. Sur les 57 milliards d’euros prévus, une partie est dédiée à l’ambition “d’édifier une société de compétences”.

Le gouvernement n’a pas fini de secouer le monde du travail et de la formation, après la présentation des ordonnances, c’est au tour du “Grand plan d’investissement 2018-2022” de s’y intéresser. Rendre l’accès à l’emploi à 2 millions de personnes ou encore favoriser l’insertion des jeunes dans la vie active font partie des objectifs.

 

Former 1 million de chômeurs peu qualifiés

Pour édifier une société de compétences”, le plan d’investissement 2018-2022 compte mettre des mesures en place pour “rendre l’accès à l’emploi à 2 millions de personnes”. Le rapport s’engage sur des chiffres.

“Au total, un objectif à la mesure du défi est de former en cinq ans un million de chômeurs peu qualifiés et un million de jeunes peu qualifiés éloignés du marché du travail. Tel est l’objet du Plan d’investissement compétences (Pic) qui sera porté sur le quinquennat par le ministère du Travail, en coopération avec les régions.”

Pour y parvenir, le gouvernement entend notamment donner la priorité à des formations longues et qualifiantes ou mettre l’accent sur un accompagnement individualisé. Et enrober tout cela dans une transformation du système de la formation professionnelle.  Côté budget,  le rapport prévoit que “le plan d’investissement dans les compétences finance plus de 2 millions de formations, comprenant 1,8 million de formations pour les personnes faiblement qualifiées, et 250 000 formations à distance (concernant l’ensemble des publics)”.

 

Pour les jeunes

Autre segment de l’édification d’une société de compétences : l’insertion des jeunes dans la vie active. Le rapport prévoit ainsi le financement de “sas” de préparation à l’apprentissage et le développement de l’alternance pour les jeunes de 16-18 ans. “Il [le plan d’investissement de compétences, ndlr] renforcera les savoir-faire et les savoir-être, en organisant la transition du monde scolaire vers le monde du travail, notamment au niveau du baccalauréat professionnel.

Vient le tour des jeunes décrocheurs. Le gouvernement souhaite permettre à 800 000 jeunes d’accéder à des actions de formation. 470 000 d’entre eux devraient avoir accès à des formations qualifiantes et certifiantes et à celles visant l’acquisition des postures professionnelles.  Les 330 000 autres “pourront accéder à une préparation aux dispositifs d’apprentissage et d’alternance”.

Le gouvernement compte aussi transformer le premier cycle universitaire. Après la polémique concernant la plate-forme d’orientation APB qui a laissé des milliers de bacheliers sans affectation pour cette rentrée, le rapport prévoit de mettre en place un nouveau dispositif mais ne donne pas plus de précisions sur la façon dont il fonctionnera.

gplus-profile-picture

Innocentia Agbe
Journaliste pour Rebondir


Sur le même thème