Conseil en recherche d'emploi Anglais entretien

Entretien en anglais : êtes-vous vraiment prêt ?

, par La Rédaction

Tribune – Comme le montre une étude menée par Openjobmetis en 2016, la grande majorité des candidats surestiment leurs compétences linguistiques et se trouvent fort dépourvus, une fois l’entretien venu. Par Rita Hambalkó, responsable recrutement chez Babbel.

Ainsi il n’est pas rare pour les recruteurs de rencontrer un postulant prétendant parler couramment anglais pour découvrir que la personne est en réalité incapable de s’exprimer correctement sur son parcours et ses expériences.
Voici donc cinq conseils pour éviter les mauvaises surprises et séduire les recruteurs dans la langue de Shakespeare.

 

#1 Relisez votre CV

Votre CV et votre lettre de motivation sont les premières choses que les recruteurs verront de vous. Ils doivent donc être représentatifs de votre personnalité et surtout de vos compétences : assurez-vous qu’ils ne contiennent aucune faute de langue ou de frappe. De telles erreurs pourraient être interprétées comme un manque de professionnalisme ou d’enthousiasme face au poste pour lequel vous candidatez. N’hésitez donc pas à faire corriger ces documents par un natif anglophone ou par quelqu’un dont vous savez que les compétences linguistiques sont supérieures aux vôtres.
Dans un deuxième temps, lisez-les à voix haute. Cela vous préparera à parler de vous et vos expériences passées en anglais. Profitez-en d’ailleurs pour identifier les termes que vous ne maîtrisez pas et pour les apprendre si nécessaire.

 

#2 Répétez, répétez, répétez

Une fois le recruteur convaincu par votre CV et l’entretien programmé, préparez-vous aux questions qui pourront vous être posées. Cherchez d’abord sur internet des exemples d’entretien en anglais pour un poste similaire : vous trouverez plusieurs questions relatives à votre secteur et pourrez ainsi anticiper vos réponses. Rédigez les, soignez les et entraînez-vous à les répéter plusieurs fois à voix haute. N’hésitez pas à vous enregistrer et à recommencer jusqu’à ce que le résultat vous semble satisfaisant.
N’oubliez pas que vous risquez d’être nerveux lors de l’entretien : plus vous répéterez en amont, plus votre discours sera assuré le jour J. Si vous pensez avoir besoin d’un entraînement plus approfondi, faites appel à un outil d’apprentissage des langues en ligne proposant des leçons de langue spécifiques pour l’anglais professionnel, quitte à vous faire accompagner par un professeur si besoin.

 

#3 Parlez la langue de l’entreprise

Comme pour tout entretien, vous devrez faire preuve d’une grande connaissance de la société dans laquelle vous postulez et de son secteur d’activité. Visitez donc le site anglophone de l’entreprise pour vous accoutumer au mieux à vous exprimer directement en anglais sur les sujets qui la concernent : enregistrez le plus d’informations possibles afin de vous préparer à toutes les possibilités. Encore une fois, n’hésitez pas à noter et à apprendre par cœur les termes que vous ne connaissez pas ou que vous maîtrisez mal.

 

#4 Préparez-vous au bavardage

Si le vocabulaire professionnel est primordial, il est aussi important de pouvoir parler de la pluie et du beau temps avec le recruteur. Révisez donc les formules de politesse et entraînez-vous à vous présenter avec le plus d’aisance possible. Exercez-vous à parler de vos expériences personnelles avec entrain : plus vous serez à l’aise pour parler, plus vous dégagerez une image positive et dynamique primordiale pour les recruteurs.

 

#5 Ne craignez pas l’erreur

Comme le dit Benny Lewis, polyglotte irlandais, “quand il s’agit d’apprendre une langue, le véritable avantage des enfants sur les adultes est qu’ils ont moins peur de faire des erreurs”. Ne craignez donc plus la faute, lancez vous ! Le recruteur sait qu’il ne s’agit pas de votre langue natale et appréciera avant tout vos efforts. Vous ne serez pas exclu à la moindre imperfection alors cherchez avant tout à vous faire comprendre et à vous exprimer de manière fluide. Soyez confiant et la moitié du travail sera faite.

La Rédaction


Sur le même thème


Vos réactions (1)

  1. Sapiensaucarré, le

    La lecture de votre article m’a quelque peu interpellé, tant elle m’a donné une impression vertigineuse entre ce que vous décrivez et ce que je suis personnellement capable de produit à l’oral comme à l’écrit.
    Personnellement je ne surestime pas mes compétences linguistiques tant elles me paraissent « médiocres ». Ecrire mon CV, voire une lettre de motivation dans la langue de Shakespeare me parait insurmontable (à moins de les faire faire). Je ne mentionne rien dans mon CV à ce sujet et lorsque cette question est abordée, j’informe que je suis très très moyen.
    Mes candidatures sont régulièrement écartées pour non maîtrise de l’anglais.
    Je vis cette situation comme un « handicap ».
    J’en arrive à ne plus savoir comment assurer, simplement, mon employabilité à terme, du fait que la maîtrise de l’anglais devient incontournable. J’ai le sentiment que ce critère balaie tous les autres, vos compétences et connaissances en management, organisation, technologie, mécanique, métallurgie, QHSE, gestion, … sont maintenant reléguées à un second plan.
    Je peux vous assurer que j’en arrive à vivre une situation de blocage dès que l’on doit aborder un sujet en anglais.
    Il y a quelque temps, j’ai vécu une situation un peu paradoxale, j’avais réalisé un parcours de recrutement en production, et je n’avais pas été retenu au final, pour quelques raisons, dont celle de l’anglais. Puis, je fus recontacté par la même société, pour un autre poste, dans la même société, où l’anglais était pratiqué notamment avec des clients étrangers. J’avais signifié dès le début de cette seconde cession de recrutement que l’anglais poserait un problème, et j’avais été véritablement rassuré et qu’il serait nécessaire que je me forme pour maîtriser la langue. Au final, j’ai été écarté lors du dernier entretien après une conversation en anglais où je n’avais pas été particulièrement brillant.
    Inutile de dire, que je vis toutes ces situations d’ajournement, du fait de l’anglais, comme une punition et je ne sais plus comment me sortir de cette impasse.
    On me conseil d’écouter la BBC, ou de regarder des films et séries en anglais, mais là aussi c’est complexe, car quand vous ne saisissez que quelques mots au passage, vous finissez par jeter l’éponge.
    Quant à l’écrit, c’est la même chose, j’utilise des outils d’assistance et ensuite je passe des « plombes » à remettre en forme.
    Après des années et des années de cours, Je juge ma situation à des lieux de ce que vous présentez.
    Que proposeriez-vous pour sortir d’une telle impasse.
    Je vous remercie de votre attention.
    Cordialement.

Réagir à cet article

Un système de modération est en place sur ce site. Votre commentaire sera en ligne après vérification.


*

* Champs obligatoires