Reconversion & Formation routes

6 conseils pour une reconversion professionnelle réussie

, par Fabien Soyez

La reconversion professionnelle ne va pas de soi. Il faut la préparer, la penser. Car il s’agit bel et bien d’une prise de risques. Voici quelques conseils pour la réussir de la meilleure des façons.

 

Vous envisagez de vous reconvertir, et de changer de métier ou de poste ? La reconversion professionnelle peut être choisie, ou subie. Mais quelle que soit votre situation, il s’agit d’une période délicate, d’une prise de risques à ne pas prendre à la légère, permettant si tout se passe bien, d’aller au bout de ses rêves. Christel de Foucault, conférencière et formatrice sur les techniques de recherche d’emploi, nous livre 6 conseils pour passer le cap de la meilleure façon possible.

 

1 / Faites le point

Avant de faire le grand plongeon, pensez tout d’abord à faire le point sur votre situation actuelle et sur vos envies. “L’idée est de faire un diagnostic de vous-même, de vous poser la question : pourquoi voulez-vous changer de métier. Parfois, certains veulent tout plaquer uniquement parce que leur environnement de travail ne leur convient pas (manager, climat au bureau, trajets du matin/soir trop longs…), alors qu’il est possible de bouger sans tout chambouler”, indique Christel de Foucault. À vous, donc, de faire un “état de lieux” et de “peser le pour et le contre” – pourquoi pas en réalisant un bilan de compétences, auprès d’un consultant en accompagnement / insertion, ou encore d’un conseiller Pôle emploi. Plus simplement, listez aussi ce que vous avez apprécié dans votre passé professionnel et que vous aimeriez conserver, puis ce que vous avez détesté. Vérifiez ensuite si cela correspond au métier que vous visez.

 

2 / Analysez le marché

Si un secteur d’activité vous intéresse, mais que vous ne le connaissez pas bien, l’analyse du marché est un passage quasi obligé. Soyez prévoyant, et renseignez-vous sur le secteur qui vous intéresse, afin de vérifier qu’il est suffisamment porteur. “Regardez parmi les offres d’emploi celles qui vous font rêver, faites une veille sur le Web, regardez quelles entreprises travaillent dans le domaine qui vous attire, lisez ce qui se dit dessus, notamment les difficultés potentielles… Afin de ne pas tomber de haut plus tard”, conseille Christel de Foucault.

 

3 / Rencontrez des professionnels

Le troisième conseil de la formatrice est d’entrer en contact avec les personnes qui pratiquent le métier que vous visez, et de les rencontrer. “Ils vous aiguilleront, vous parleront des potentielles difficultés, ou au contraire vous conseilleront de foncer”, explique-t-elle. Pour repérer puis contacter les bons interlocuteurs, le réseau social LinkedIn est un outil très utile. Il est aussi possible de demander à bénéficier, auprès de Pôle emploi, d’une “période de mise en situation en milieu professionnel” (PMSMP), qui permet de se confronter à des situations réelles pour découvrir un métier ou un secteur d’activité. Enfin, n’hésitez pas à mener une “enquête métier”, en appelant le service RH des entreprises du secteur dans lequel vous souhaiteriez vous reconvertir, puis en leur envoyant un document questions / réponses. “Cela peut vous permettre d’évaluer un métier et surtout de valider ou invalider un projet”, note Christel de Foucault.

 

4 / Contactez les centres de formation

Afin de ne pas vous lancer sans filets, pensez aussi à entrer en contact avec des personnes qui se sont déjà reconverties dans le métier qui vous intéresse. Entrez également en contact, si vous n’avez aucune compétence dans le domaine visé, avec des centres de formation, afin d’assister à une séance de présentation, de discuter avec d’anciens élèves, et in fine, de mettre à profit les euros acquis dans votre Compte personnel de formation (CPF).

 

5 / Acceptez de redevenir un débutant

Lors de votre analyse de marché, vous aurez aussi pris soin de vous renseigner sur les salaires proposés aux personnes qui se sont reconverties avant vous. Mais surtout, n’oubliez pas que vous repartirez de zéro si vous changez de voie. “Il vous faut, d’emblée, accepter d’avoir à nouveau un salaire de débutant. Tous n’y pensent pas forcément, mais se reconvertir, c’est accepter d’être payé comme un junior, même quand on a 20 ans d’expérience derrière soi”, remarque Christel de Foucault. “Il est important d’en prendre conscience avant de se lancer, surtout quand on a une famille à charge et des emprunts à rembourser”.

 

6 / Privilégiez les passerelles avec votre ancien métier

“Si on se trompe de route, le risque est d’avoir payé pour une formation et d’avoir dépensé énormément de temps et d’argent pour rien”, poursuit Christel de Foucault. D’où son sixième conseil : privilégier les métiers qui requièrent des compétences proches de votre ancienne profession. “Il vous faut regarder, dans votre poste actuel, ce que vous savez faire, ainsi que vos soft skills, puis essayer de savoir si vous pourrez les transférer plus tard… au lieu de devoir tout apprendre, entièrement”, explique la formatrice en techniques de recherche d’emploi. Il sera par exemple beaucoup plus facile pour un commercial de devenir formateur aux métiers de la vente ou recruteur de commerciaux, que de changer totalement de voie.

 

Dans la peau d’un enquêteur

Pour résumer, à vous, donc, de mener un petit travail d’enquête avant de vous lancer dans la reconversion. “L’idée est de se mettre dans la position d’un enquêteur, qui analyse tout : ses propres aspirations et compétences, le marché qui le tente, les hommes qui pratiquent le métier de ses rêves, les entreprises qui évoluent dans ce secteur, le marché de l’emploi pour les reconvertis, les centres de formation existants… Cela peut prendre du temps, mais cela peut vous éviter une grande désillusion, ainsi qu’une perte de temps et d’argent”, conclut Christel de Foucault. Inutile de préciser que cette démarche consistant à réunir un maximum d’informations en amont s’applique aussi pour tout demandeur d’emploi.

 

 

Fabien Soyez

Fabien Soyez
Journaliste Web et Community Manager


Sur le même thème


Vos réactions (1)

  1. rs459, le

    Ha ha ha le CPF catalogue vide, des organismes qui offrent des formations sans aucune notion de qualité, un catalogue pas à jour, basé sur une base de donnée métier obsolète… Donc les nouveaux emplois dans les secteurs porteurs, oubliez vite via le CPF…

Réagir à cet article

Un système de modération est en place sur ce site. Votre commentaire sera en ligne après vérification.


*

* Champs obligatoires