Demander une formation à son patron

, par La Rédaction

Apprendre de nouveaux savoir-faire, donner un nouvel élan à sa carrière, évoluer dans ses fonctions, prendre plaisir à acquérir des talents inédits, tant de raisons qui poussent de nombreux salariés à demander une formation à leur employeur. Une étape cruciale dans une vie professionnelle, qu’il faut savoir préparer.
 
À l’heure où beaucoup de salariés ne choisissent pas – ou si peu – leur secteur d’activité, il faut savoir apprendre… et vite ! Que l’on se soit initialement formé via des études spécialisées ou sur le tas, il est conseillé à chaque travailleur de s’abreuver tout au long de sa carrière de nouvelles techniques pour garder une employabilité maximale. Si cet appel à la formation continue est relayé par de nombreux organismes à destination des demandeurs d’emploi, il l’est aussi par l’ensemble des professionnels aux salariés en poste. Puisque face à une conjoncture chancelante et une concurrence forcément décuplée, il vous faut avoir toutes les cartes en main pour justifier votre indispensabilité au sein de l’entreprise, une seule recommandation : formez-vous !
 
Choisir son dispositif
Heureusement, l’initiative de ce retour à “l’école” n’est pas toujours dicté par une tempête économique et sociale. Beaucoup de travailleurs se forment par simple plaisir d’apprendre, pour découvrir de nouveaux savoir-faire, affiner leurs compétences, mais également dans l’optique d’une prise de poste hiérarchiquement plus importante et demandant des atouts particuliers ou pour assouvir un désir de changement de fonction. Mais pour en bénéficier, il faut savoir trouver les mots justes. Car pour votre patron, cette opération a un coût ! Il est nécessaire de bien formuler sa demande et de mettre en avant les bienfaits sur votre travail quotidien.
Comme vous pourrez le constater au fil de ce dossier, il existe différents modèles pour acquérir de nouveaux savoir-faire. Vous aurez ainsi préalablement déjà choisi lequel est le plus adapté à votre cas : plan de formation de l’entreprise, qui rassemble les actions de formation définies dans le cadre de la politique de gestion du personnel de votre société, Droit individuel à la formation (Dif), Congé individuel de formation (Cif)…
 
Utiliser les bons arguments
Pour arriver à vos fins, faites preuve de finesse. Choisissez d’abord le bon moment pour en parler avec votre employeur. Inutile de l’alpaguer au détour d’un couloir pour lui formuler votre demande, il ne sera absolument pas réceptif. Prenez rendez-vous avec lui ou attendez les entretiens d’évaluation si votre entreprise en organise, moments d’échanges et d’écoute pendant lesquels votre patron sera beaucoup plus ouvert.
Il va également falloir vous présenter avec de solides arguments. Pour lui, c’est un investissement financier comme temporel, puisque lorsque vous serez en formation, vous ne produirez pas. Il faut lui démontrer par A+B que votre manque de compétences dans tel ou tel domaine est un réel frein au développement des chantiers en cours et vous fait perdre du temps dans vos tâches quotidiennes.
Appuyez également sur le côté gagnant-gagnant : votre employeur n’est bien sûr pas là pour vous faire plaisir et vous octroyer une formation qui ne serait pas aussi profitable à l’entreprise. Mettez l’accent sur la productivité, l’efficacité, la créativité dont vous saurez faire preuve avec vos nouvelles aptitudes.
Enfin, pendant l’entretien, soyez vrai ! Les employeurs sentent directement les demandes formulées à la va-vite sans autre but que de s’enrichir soi-même. À vous de jouer…    

La Rédaction


Sur le même thème


Réagir à cet article

Un système de modération est en place sur ce site. Votre commentaire sera en ligne après vérification.


*

* Champs obligatoires