Reconversion & Formation Anciens et nouveaux athlètes réunis autour d'Élisabeth Borne, présidente directrice générale de la RATP, et de Thierry Braillard, secrétaire d'État aux Sports.

Anciens et nouveaux athlètes réunis autour d'Élisabeth Borne, présidente directrice générale de la RATP, et de Thierry Braillard, secrétaire d'État aux Sports.

La RATP accompagne 7 nouveaux athlètes dans leur projet professionnel

, par Camille Boulate

Dans le cadre de son programme Athlète de Haut niveau, la RATP a dévoilé la liste des nouveaux athlètes qui bénéficieront de ce programme. L’objectif : aider les sportifs à anticiper à leur reconversion professionnelle.

 

Sensibiliser au plus tôt les sportifs à leur reconversion. C’est l’objectif de la RATP depuis 1982, date à laquelle le programme Athlète de Haut niveau a vu le jour. Ce dispositif permet aux sportifs d’être embauchés statutairement par l’entreprise via une convention d’insertion professionnelle (CIP) tout en dégageant du temps libre pour les entraînements et les compétitions. “Depuis 34 ans, nous mesurons l’importance de l’équilibre entre parcours sportif et carrière professionnelle dans la quête de performance des athlètes”, a indiqué Elisabeth Borne, présidente directrice générale de la RATP. Pour l’année 2016, 7 nouveaux athlètes intègrent le dispositif : Pierre Duprat (judo), Sofiane Milous (judo), Delphine Bernard (handi escrime, fleuret), Romain Delachaume (aviron), Matthieu Androdias (aviron de couple), Marie Oteiza (pentathlon) et Jérémy Cadot (escrime, fleuret).

S’engager auprès des sportifs : un devoir des entreprises

À 100 jours de l’ouverture des Jeux Olympiques de Rio, la RATP en a profité pour dresser un bilan de son programme : depuis son instauration, 42 athlètes sont passés par ce dispositif. Des sportifs qui ont fourni à la France 83 médailles, dont 15 olympiques. Un épanouissement professionnel qui est aujourd’hui primordial pour la carrière sportive. “Ma priorité, quand je suis arrivé au gouvernement il y a deux ans et demi, était de m’occuper des sportifs, indique Thierry Braillard, secrétaire d’État aux Sports. Car ils étaient beaucoup à vivre dans une précarité insupportable dans la plus grande méconnaissance du public et des entreprises.” C’est dans cette optique qu’a été voté le Pacte de performance, en novembre 2015, reposant sur un engagement mutuel de l’État, des entreprises et du mouvement sportif. “176 athlètes et 80 entreprises sont signataires du Pacte, parmi lesquelles la RATP”, souligne Thierry Braillard.

gplus-profile-picture

Camille Boulate


Sur le même thème