Reconversion & Formation europe

Travailler en Europe tout en conservant ses indemnisations, c’est possible

, par Audrey Pelé

Ceux qui recherchent un travail en France peuvent aussi postuler en Europe. Il faudra cependant effectuer certaines démarches pour pouvoir continuer à bénéficier de l’allocation d’aide au retour à l’emploi (ARE).

Vous cherchez du tra­vail et vous voulez tenter votre chance en Europe ? Sachez que vous pouvez continuer à percevoir vos allocations chômage pendant trois mois maximum une fois sur place. Le pays de desti­nation doit être un État de l’es­pace économique européen* ou la Suisse. “Avant le départ, il faut être inscrit à Pôle emploi et avoir encore droit à au moins trois mois d’allocation d’aide au retour à l’emploi (ARE)”, précise Bernadette Fouquet, juriste à Pôle emploi international. Les personnes concernées sont les citoyens français mais aussi les ressortissants suisses, ceux de l’Union européenne, de l’Espace économique européen (l’EEE : Islande, Norvège, Liechtenstein), ainsi que les ressortissants des États tiers en situation régulière dans un pays de l’Union européenne, ces derniers ne pourront toutefois pas percevoir les allocations chômage s’ils se rendent au Danemark ou dans un pays de l’EEE.

S’inscrire auprès du Pôle emploi du pays visé
Pour que Pôle emploi continue de vous verser vos allocations une fois dans l’État de destination, il y a plusieurs conditions à remplir. “Le demandeur d’emploi doit se rendre dans son agence Pôle emploi et demander un formulaire U2. C’est le document qui permet d’exporter ses allocations chômage dans un autre pays, précise Bernadette Fouquet. L’agent Pôle emploi va le remplir et lui remettre. À ce moment-là, il disposera de sept jours calendaires pour aller donner ce document en mains propres aux services publics de l’emploi du pays visé, c’est-à-dire l’équivalent du Pôle emploi local, et s’y inscrire.” Au Royaume-Uni vous devrez vous rendre dans un Job Center et vous vous inscrirez aux Services publics de l’emploi (SPE) en Espagne. Le Pôle emploi du pays dans lequel vous êtes renverra ensuite à son homologue français un formulaire qui précise que vous êtes bien inscrit chez lui. Vous continuerez alors à être indemnisé par le Pôle emploi de l’Hexagone via des versements sur votre compte bancaire. “Attention, l’indemnisation commence lors de l’inscription pendant la période des sept jours. Ceux qui s’inscrivent après auront autant de jours d’indemnisation décomptés que de jours de retard”, met toutefois en garde la juriste. Avant de demander son formulaire U2, le demandeur d’emploi a donc tout intérêt à être prêt au départ.

Justifier de sa recherche d’emploi
Une fois sur place, vous aurez des rendez-vous avec le Pôle emploi local et devrez justifier de votre recherche de travail. “Si la personne ne le fait pas, les agents du pays vont rapidement s’en rendrent compte. Dans ce cas, ils remettront au chômeur un formulaire U3 qui signifie que ses allocations vont être interrompues.” À signaler que ce document peut aussi vous être remis si vous avez trouvé un emploi et qu’il n’est donc plus nécessaire de vous indemniser. Sachez enfin que vous n’aurez plus à vous actualiser tous les mois sur le site Web de Pôle emploi lorsque vous êtes dans le pays choisi. Toutes les démarches sont faites auprès du service public de l’emploi local. Et si malgré vos recherches, vous ne trouvez pas de travail au bout de trois mois deux solutions s’offrent à vous. Vous pouvez rester dans le pays dans lequel vous êtes, mais vous ne pourrez plus toucher l’ARE, ou rentrer dans l’Hexagone. “Ceux qui rentrent en France doivent aller se signaler à leur Pôle emploi dès leur retour. L’indemnisation chômage pourra alors reprendre et les trois mois qui ont été perçus seront décomptés”, conclut Bernadette Fouquet.
 

* Allemagne, Autriche, Belgique, Bulgarie, Chypre, Croatie, Danemark, Espagne, Estonie, Finlande, Grande-Bretagne, Grèce, Hongrie, Irlande, Italie, Lettonie, Lituanie, Luxembourg, Malte, Pays-Bas, Pologne, Portugal, République Tchèque, Roumanie, Slovaquie, Slovénie, Suède, Norvège, Islande et Liechtenstein.

** Article publié dans le numéro 219 du magazine Rebondir.

gplus-profile-picture

Audrey Pelé
Journaliste pour Rebondir


Sur le même thème


Réagir à cet article

Un système de modération est en place sur ce site. Votre commentaire sera en ligne après vérification.


*

* Champs obligatoires