Reconversion & Formation environnement

Et si vous misiez sur les professions “vertes” ?

, par Pierre Tourtois

D’après un rapport de la plate-forme de recrutement Qapa, les emplois en rapport avec l’environnement sont une belle opportunité pour les personnes assez peu qualifiées.

Dans son baromètre consacré aux emplois “verts”, le job board Qapa fait un bilan des métiers tournant autour de l’environnement en France. Plusieurs tendances intéressantes sont à remarquer, notamment pour les travailleurs peu, voire pas, diplômés.

 

Peu de postes vraiment “verts”

Si 3,8 millions de salariés sont concernés par l’environnement durant leurs missions du quotidien, seules 150 000 personnes occupent un poste “vert”. L’Île-de-France (20 %), Rhône-Alpes (16 %) et Paca (12 %) sont à ce jour les trois régions les plus dynamiques en la matière.

Trois secteurs d’activités concentrent l’essentiel de ces emplois : “la production et la distribution d’énergie et d’eau arrivent à la première place (34 %) juste devant le traitement des déchets (28 %) et le secteur dédié à la protection de la nature et de l’environnement (15 %)”, remarque l’étude.

 

Des opportunités pour tous les profils

C’est l’autre enseignement de cette enquête : les postes verts offrent des débouchés pour des candidats aux niveaux d’études très variés. Dans les trois secteurs de la production et la distribution d’énergie et d’eau, le traitement des déchets et la protection de la nature et de l’environnement, certains métiers sont plus recherchés que d’autres. Ainsi, ce sont les agents d’exploitation qui arrivent en tête (20 %), devant les techniciens de maintenance (14 %) et les commerciaux (11 %).

Autre catégorie mise en avant par Qapa, les emplois en rapport indirect avec l’écologie, c’est-à-dire les postes “verdissants” participant au développement durable. Quatre catégories se détachent -“le BTP et les transports ainsi que l’agriculture et la gestion des espaces verts”- et sont à la recherche de maçons, de techniciens en bureau d’études, de chauffeurs-livreurs, d’assistants responsable contrôle qualité et d’ouvriers agricoles. Des candidats non diplômés, notamment sur des profils de manutentionnaires, peuvent aussi y trouver leur bonheur.

Pierre Tourtois


Sur le même thème