La fonction publique hospitalière

, par La Rédaction

 

Avec près d’un million d’agents, la fonction publique hospitalière représente environ 20 % des effectifs.
 
1. Les métiers de la santé
Le secteur hospitalier réunit des dizaines de métiers et offre de multiples possibilités professionnelles. Hormis le personnel médical (médecins, biologistes, pharmaciens…) qui ne sont pas fonctionnaires, la fonction publique hospitalière (FPH) regroupe une grande diversité de métiers répartis en cinq filières : soignants et rééducateurs, techniciens et ouvriers, administratifs, personnel médico-technique et socio-éducatif.
Si les grands classiques (médecins, infirmières ou sages-femmes…) néces-sitent une formation et un diplôme spéci­­fiques, il reste de nombreux postes administratifs et ouvriers sans qualifications particulières, de catégorie B ou C. Cette diversité permet à tous les candidats de tenter leur chance, quels que soient leur profil et leur niveau. Nombreux sont les métiers nés de la spécialisation toujours croissante de la médecine et de l’augmentation des demandes de soins : aides-soignants, auxiliaires de puériculture, masseurs-kinésithérapeutes, ergothérapeutes… Tous ces professionnels ont en commun de préparer, soigner, appareiller et rééduquer les patients, de s’adapter aux évolutions de la science et des techniques médicales par des formations et, de fait, de voir leurs responsabilités se développer.
Créée en 1986, la FPH rassemble les établissements publics de santé qui relèvent des communes, des départements ou de l’État, ainsi que de l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP), des Hospices civils de Lyon et de l’Assistance publique-Hôpitaux de Marseille (AP-HM). Elle englobe les établissements d’hospitalisation publics, les maisons de retraite publiques, les établissements publics ou à caractère public relevant des services départementaux de l’aide sociale à l’enfance, les établissements publics pour mineurs ou adultes handicapés ou inadaptés et les centres d’hébergement et de réadaptation sociale publics ou à caractère public.
 
2. Recrutement
Trois voies d’accès mènent à la fonction publique hospitalière : les concours sur titre, sur épreuves et le recrutement direct.
 
Concours sur titre
L’entrée dans la profession s’étale sur plusieurs années, en deux grandes étapes. D’abord, il est indispensable de franchir la barrière du concours d’entrée dans une école de formation. Puis, à l’issue de deux ou trois ans d’études (selon les métiers), votre diplôme en poche, vous rechercherez un poste vacant par vos propres moyens, car ce titre ne vous donne pas d’office un emploi.
Pour cela, il faut franchir la seconde étape. Elle nécessite que vous adressiez votre candidature à l’établissement qui vous intéresse. Soignez tout particulièrement vos CV et lettre de motivation. Une commission examinera votre dossier et vous convoquera à un entretien devant un jury. Même s’il ne comporte pas toute une batterie d’épreuves comme les concours classiques, celui sur titre exige une préparation sérieuse. Vous devrez convaincre le jury. Il faut avant tout faire preuve d’une bonne dose de patience dans la recherche d’un poste.
 
Concours sur épreuves
Le personnel administratif, technique ou ouvrier des établissements hospitaliers est recruté par ce biais. Chaque hôpital organise ses propres concours*. Pour des raisons de commodité, certains peuvent se regrou-per pour en organiser un de façon conjointe. Les candidats subissent des épreuves d’admissibilité et d’admission. Les lauréats deviennent ensuite stagiaires durant un an. Puis ils se voient titularisés si leur travail est jugé satisfaisant.
Vous pouvez également vous mettre en relation avec les Directions régionales de la jeunesse et des sports et de la cohésion sociale et les Directions départementales de la cohésion sociale (qui ont repris notamment les missions des anciennes Ddass et Drass) pour les concours relatifs aux services déconcentrés.
Différents ministères, notamment le ministère de l’Éducation nationale et celui de la Justice, emploient aussi des infirmiers, des aides-soignants et des médecins. Ils recrutent sur titres et sur épreuves. Contactez directement les ministères concernés pour obtenir des renseignements sur les concours organisés. Pour la fonction publique territoriale, appelez le centre de gestion le plus proche de chez vous. Ses concours mènent à des postes tels que médecin, infirmier, assistante sociale, éducateur spécialisé ou aide-soignant dans les collectivités locales, crèches, centres de soins ou sociaux, maisons de retraite, etc.
 
Le recrutement direct
Pour remplacer le personnel fonctionnaire temporairement absent ou pour remplir des missions nécessitant des compétences pointues, la Fonction publique hospitalière peut être amenée à recruter directement des agents non titulaires sans concours, et ce en CDD.  Cela n’ouvre pas directement droit au statut de fonctionnaire mais il existe des politiques de titularisation par le biais de concours internes ou réservés.
 
* Sauf pour les métiers de direction et de l’encadrement supérieur administratif et soignant. Les concours étant organisés directement par le ministère de la Santé.
 

Zoom sur…

L’Assistance publique-Hôpitaux de Paris

L’AP-HP rassemble 37 hôpitaux et une structure d’Hospitalisation à domicile (HAD). Ces hôpitaux sont organisés géographiquement en quatre groupements hospitaliers universitaires (GHU Nord, Est, Sud, Ouest). L’AP-HP emploie près de 90 000 personnes. Plus de 22 000 lits d’hospitalisation complètent près de 1 700 places de jour, et 820 places en hospitalisation à domicile (HAD). L’AP-HP couvre l’ensemble des disciplines médicales, chirurgicales et obstétricales, mais aussi le moyen séjour et le long séjour. Chaque année, l’AP-HP réalise 4 millions de consultations, traite 1 million d’hospitalisations, 1 million de passages aux urgences et plus de 36 000 naissances.

À la fois établissement de soins, lieu d’enseignement et centre de recherche, elle forme chaque année 4 000 étudiants en médecine, pharmacie et odontologie. De plus, elle participe à l’aide médicale urgente (Samu) ainsi qu’à de nombreuses actions de dépistage et de prévention.

Elle s’engage aujourd’hui dans une nouvelle étape de modernisation. Regroupement de ses hôpitaux en douze groupes hospitaliers à l’horizon 2011, refonte de son système d’information d’ici 2013, travaux et réhabilitations de sites, constructions nouvelles…

 

Les Hospices civils de Lyon

Ces hospices existent depuis plus de deux siècles. Ils constituent le deuxième centre hospitalier universitaire (CHU) de France, intégrant toutes les spécialités cliniques. Ils regroupent quatorze établissements hospitaliers et plus de 22 000 professionnels. Le CHU de Lyon organise lui-même le recrutement selon ses besoins. Il fait face chaque année, par exemple, à plus de 230 000 passages aux urgences. Il dispose de plus de 5 000 lits et d’environ 430 places d’hôpital de jour.

 

L’Assistance publique-Hôpitaux de Marseille

Établissement public de santé regroupant quatre hôpitaux et plus de 3 500 lits et places, l’AP-HM est le 1er centre hospitalier de la région Paca. Il compte près de 17 000 agents représentant 150 métiers différents. En 2009, le CHU a comptabilisé plus de 890 000 consultations externes, 186 000 personnes reçues aux urgences, et réalisé près de 66 000 interventions chirurgicales. Employeur très important de la région, l’AP-HM organise également ses propres concours.

 
 

Pour en savoir plus

– Ministère du Travail, de l’Emploi et de la Santé : www.sante.gouv.fr

– Assistance publique-Hôpitaux de Paris : www.aphp.fr

– Hospices civils de Lyon : www.chu-lyon.fr

– Assistance publique-Hôpitaux de Marseille : www.ap-hm.fr

La Rédaction


Sur le même thème


Réagir à cet article

Un système de modération est en place sur ce site. Votre commentaire sera en ligne après vérification.


*

* Champs obligatoires