Métiers porteurs fonctionpublique2

Le secteur public, un véritable pourvoyeur d’emplois

, par Mathilde Seifert

Souvent boudé par les candidats car méconnu, le secteur public continue d’offrir de nombreuses opportunités professionnelles dans des secteurs d’activité très variés. Pourtant, les idées reçues le concernant ont la peau dure. Salaires peu attractifs, missions peu intéressantes, obligation de passer des concours pour évoluer… la réalité du secteur public est aujourd’hui tout autre, d’autant que le secteur s’est récemment modernisé.

 

En pleine transformation, le secteur de la fonction publique reste un grand pourvoyeur d’emplois. En effet, ce domaine est divisé en trois versants : la fonction publique d’État, hospitalière et territoriale avec chacune ses prérogatives. “Globalement, le marché de l’emploi est relativement dynamique en ce moment”, assure David Merigonde, sénior directeur division Public&Non Profit chez Michael Page. Si l’État recrute peu par souci d’économie, “il reste un domaine très porteur qui est celui de la Défense”, affirme Michel Doric, président du site Emploi-Collectivités.

Les fonctions dans ce domaine sont davantage régaliennes, contrairement à la fonction hospitalière. Ici, les besoins sont présents mais le peu de moyens restreint les recrutements. Effectivement, le budget étant placé sous la tutelle du ministère de la Santé, les choses se passent différemment. En somme, un certain nombre de postes demeurent vacants dans ces deux secteurs d’activités mais les recherches sont davantage portées sur des profils d’experts.

La fonction publique territoriale, regroupant tous les agents qui travaillent dans les collectivités territoriales que sont les régions, départements, communes et établissements publics de coopération intercommunale, recrute massivement. ”Le marché est actif avec beaucoup de postes ouverts malgré la période pré-électorale dans laquelle nous sommes actuellement”, précise David Mérigonde. Habituellement, le domaine public subit un important ralentissement à l’approche des élections, municipales dans ce cas. Toutefois, cette habitude ne se vérifie pas cette année car “les projets de recrutement sont plutôt dynamiques”.

 

Des besoins différents entre public et privé

Des différences peuvent exister entre un métier exercé dans le privé et dans le public. C’est pourquoi, avant de passer le cap de la fonction publique, il est important de se renseigner sur les modalités d’accès au poste comme par exemple dans le domaine de la comptabilité. La transposition de connaissances n’est pas toujours évidente. Selon les métiers, d’autres compétences sont à acquérir. “Si la personne est excellente en comptabilité dans le domaine privé, ce ne sera pas forcément le cas dans le public”, explique Michel Doric. À l’inverse certaines filières, davantage techniques, sont à la recherche de profils quel que soit le statut. Dans ces cas précis comme le BTP, la rénovation de patrimoine bâti ou encore le médico-social, ce sont les compétences qui prédominent. C’est également le cas dans l’animation ou la sphère culturelle.

À l’inverse, la filière administrative ou la gestion des ressources humaines sont des domaines bien plus complexes. Si les profils demandés nécessitent une certaine expérience, une mise à niveau pour travailler dans le public est tout de même envisageable. La formation pourra se faire en interne au sein de l’organisation. De la même manière pour la communication ou le service à la personne, une mise à niveau est préférable. Une grande part de postes ne sont pas pourvus, ce qui crée des difficultés.

Ce type de recrutement s’inscrit dans une démarche d’élargissement de la fonction publique aux contractuels. Ce recours existe depuis plusieurs années maintenant mais tend à progresser avec la diminution des postes de fonctionnaires. “Le mouvement va s’enclencher même s’il est encore un peu tôt pour le sentir réellement, explique David Mérigonde.  De manière plus globale, nous sommes dans une période où beaucoup d’offres ne sont pas pourvues, l’emploi dans le secteur privé est très dynamique ce qui provoque une sorte de concurrence avec le public”.

 

 

Cet article fait partie d’un dossier complet sur le sujet, à retrouver en kiosque dans le numéro 253 de Rebondir !

 

 

Avatar

Mathilde Seifert


Sur le même thème


Réagir à cet article

Un système de modération est en place sur ce site. Votre commentaire sera en ligne après vérification.


*

* Champs obligatoires