Vos droits foule-masques

Covid-19 : un arrêt de travail “immédiat” en ligne

, par Fabien Soyez

Pas besoin d’aller chez le médecin pour vous faire arrêter si vous êtes cas contact. À partir du 10 janvier, une personne avec des symptômes ou cas contact pourra s’inscrire sur le site de l’Assurance maladie, afin d’obtenir un arrêt de travail “immédiat”.

Si vous pensez être atteint du Covid-19, il vous sera bientôt possible d’obtenir un arrêt de travail, même sans avoir vu le médecin.

“À partir du 10 janvier, dès que vous avez des symptômes ou que vous êtes cas contact, il vous suffira de vous inscrire sur le site de l’Assurance maladie pour obtenir un arrêt de travail immédiat indemnisé sans jour de carence”, a ainsi annoncé Jean Castex lors de sa dernière conférence de presse, jeudi 7 janvier.

L’Assurance maladie procèdera ensuite à un suivi médical “systématique”, avec deux à trois appels téléphoniques sur 7 jours.  Chaque personne positive ayant fait sa déclaration en ligne se verra proposer, à compter du 20 janvier, une visite à domicile d’un infirmier. Ces contrôles auront aussi pour but d’éviter toute utilisation abusive de ce nouveau téléservice, qui court jusqu’au 31 mars 2021.

Les personnes qui se seront mises d’elles-mêmes en arrêt maladie auront deux jours pour effectuer un test PCR. Il y aura alors deux options : soit le test se révèle positif et l’arrêt de travail est définitivement validé et pourra être prolongé ; soit il est négatif et l’arrêt de travail s’arrête.

“L’indemnisation prend fin à partir du soir de la date déclarée comme étant celle de l’obtention du résultat du test sur le téléservice. La personne peut reprendre son activité professionnelle”, indique l’Assurance-maladie dans Le Figaro. Pour les personnes cas contacts qui ne peuvent pas télétravailler, l’arrêt de travail se déclenchera le lendemain du résultat d’un test positif.

 

Une accélération de la campagne de vaccination

Malgré le risque d’un trop grand afflux de demandes d’arrêt, cette mesure radicale est destinée à désengorger les cabinets médicaux, et à diminuer les risques de contamination. Et ainsi à “gagner en efficacité” face au Covid-19, dont l’épidémie ne faiblit pas. Jean Castex a ainsi prévenu que la situation sanitaire “n’est pas revenue à la normale”, et est même “devenue plus fragile” depuis début janvier 2021. Avec, notamment, deux nouveaux “clusters à risque” du variant britannique du coronavirus, plus transmissible, en Bretagne et en Île-de-France.

À l’occasion de ce point presse, le Premier ministre a aussi annoncé un prolongement de toutes les restrictions en vigueur (lieux fermés et couvre-feu). Ainsi qu’une accélération de la campagne de vaccination. Dont les entreprises pourraient, “le moment venu”, être partie prenante, selon Elisabeth Borne.

 

LIRE AUSSI : La vaccination Covid-19 en entreprise ne sera pas obligatoire

 

Fabien Soyez

Fabien Soyez
Journaliste Web et Community Manager


Sur le même thème