Vos droits shutterstock_1027209202

L’arrêt maladie : vous pouvez très bien chercher un emploi et tomber malade

, par Julie Falcoz

Alors que vous cherchez activement du travail, vous devez vous faire opérer. Pas de panique ! Suivez le guide pour faire les choses dans les règles de l’art vis-à-vis de Pôle emploi.

 
Dès que vous avez votre arrêt du médecin entre les mains, envoyez le volet réservé à l’employeur par courrier à votre agence Pôle emploi dans les 48 heures et signalez-le dans votre espace personnel dans les 72 heures sur pole-emploi.fr (rubrique “Mon dossier”, cliquez sur “Je déclare un changement de situation” dans la zone “Ma situation”) ou par téléphone au 3949. Attention, il faudra également le déclarer lors de votre actualisation à la fin du mois. Puis, “financièrement, Pôle emploi va en tirer les conséquences réglementaires”, indique Anne, juriste à la direction de la réglementation de Pôle emploi, c’est-à-dire déduire les jours d’arrêt maladie du montant de l’allocation de retour à l’emploi.

De son côté, la Sécurité sociale * applique un délai de carence de 3 jours et calcule les indemnités journalières, versées tous les 14 jours, égales à 50 % du montant du salaire journalier de base. Celui-ci est calculé sur la moyenne des salaires bruts des 3 ou 12 mois précédant l’arrêt de votre activité professionnelle, pris en compte dans la limite de 1,8 fois le Smic mensuel en vigueur (soit 2 697,25 euros au 1er janvier 2018). Toutefois, si vous avez au moins trois enfants à charge, votre indemnité journalière est majorée à 66,66 % du salaire journalier de base, à partir du 31e jour d’arrêt.

 

Vos droits

À noter également que si votre arrêt maladie n’excède pas 15 jours, votre inscription à Pôle emploi est maintenue. “Un arrêt maladie signifie que le demandeur d’emploi n’est pas disponible temporairement pour rechercher un emploi”, précise Anne. Si sa durée dépasse 15 jours (en cas de congé maternité par exemple), il y a une incidence sur la catégorie d’inscription, vous recevrez alors un courrier notifiant que vous devez faire la démarche de vous réinscrire. Important, vos droits sont maintenus, car pas consommés pendant la durée de l’arrêt. “Toutefois, le délai de déchéance est de trois ans maximum, plus la durée des droits”, précise Anne.

 
* Vous aurez adressé à votre CPAM votre arrêt de travail en précisant que vous êtes demandeur d’emploi, et vos justificatifs de salaire.

 

La pension d’invalidité

En cas de pension d’invalidité de 2e et 3e catégories, Pôle emploi s’adapte à votre situation avant votre inscription. Si vous touchiez votre pension d’invalidité en plus de votre salaire, elle se cumulera aussi avec vos indemnités. Si ce n’est pas le cas, le montant de la pension sera déduit du montant des allocations. De son côté, la pension d’invalidité de 1ère catégorie est cumulable intégralement avec l’Are.

 

Julie Falcoz
Journaliste


Sur le même thème


Réagir à cet article

Un système de modération est en place sur ce site. Votre commentaire sera en ligne après vérification.


*

* Champs obligatoires