Mobilité lyon2

Les 30 villes qui créent le plus d’emploi en France

, par Fabien Soyez

Les grandes métropoles, mais aussi des communes de taille moyenne, figurent dans le Top 30 des villes les plus créatrices d’emploi dressé par le cabinet Arthur Loyd. Une grande partie se situe notamment sur la côte ouest de la France.

 

Le dernier Baromètre Arthur Loyd sur l’attractivité des villes analyse la dynamique des créations d’emploi des aires urbaines françaises, hors Paris. Selon cette étude, les grandes métropoles régionales “tirent leur épingle du jeu”, en ayant réussi notamment à créer “de nombreux emplois” (80 000 en 2018). A contrario, les agglomérations de moins de 500 000 habitants sont les plus touchées par le ralentissement des créations d’emplois, qui ont été divisées par 4 en 2018. Toutefois, certaines villes moyennes ont tout de même enregistré des “trajectoires de croissance positives”.

Le “Top 30 pour la création d’emplois” (depuis 2014) dressé par Arthur Loyd permet de constater une “montée en puissance” des villes situées sur le littoral Atlantique ou dans les régions de l’ouest de la France. “Ces métropoles, Nantes, Niort et Bordeaux en tête, concentrent économie, capital humain et qualité de vie, et attirent particulièrement les jeunes diplômés”, explique l’étude, réalisée à partir des données de l’Acoss (Agence centrale des organismes de sécurité sociale).

 

nantes

 

Les grandes villes, premières créatrices d’emplois

Les 11 premières villes du classement sont, dans l’ordre : Lyon, Toulouse, Nantes, Bordeaux, Marseille, Strasbourg, Lille, Montpellier, Rennes, Aix-en-Provence et Nice. Selon l’étude, les grandes et très grandes métropoles régionales (plus de 500 000 habitants) enregistrent la plus forte dynamique des créations d’emploi depuis 2009 (+ 11 %).

Au sommet du podium depuis 3 ans, Lyon se distingue, note Arthur Loyd, par “la richesse de son marché du travail et un taux de chômage (7,9 %) au plus bas” depuis 10 ans, ainsi que par la richesse de son offre culturelle et la “diversité” de son offre de formation. Avec 2,3 millions d’habitants, sa métropole rassemble 1,1 million d’emplois. Toulouse, de son côté, attire le plus grand nombre de cadres (25 %), qui sont un tiers à travailler dans le secteur de la recherche. Nantes, 3e du classement, 961 521 habitants, concentre “un des plus grands bassins de main d’oeuvre des métropoles” françaises, avec un taux de chômage de 6,7 % et un potentiel de 429 000 emplois. À noter que selon le baromètre, les grandes aires urbaines concentrent 84 % des créations nettes d’emplois dans le privé en 2018, contre 63 % en 2017.

 

angers

 

Les villes moyennes attirent aussi les entreprises

À côté de ces grandes villes, d’autres de taille moyenne (de 200 000 à 500 000 habitants) attirent aussi des entreprises et les emplois qui vont avec, en misant sur la qualité de vie, leur ouverture à l’international,  des conditions d’accueil favorables pour les entrepreneurs, ou encore le coût modéré de l’immobilier. On retrouve ainsi dans le Top 30 pour la création d’emplois, les villes d’Annecy, Angers, Metz, Dijon, Tours, Montbéliard, La-Roche-sur-Yon, Niort, Colmar, Salon-de-Provence, Cholet, les Sables-d’Olonne, Clermont Ferrand, Mulhouse, Valenciennes, Ancenis, Saint-Nazaire, Saint-Malo et Vannes.

Angers, dans le Maine-et-Loire, a par exemple créé 3 694 emplois en 4 ans, entre 2014 et 2018, et a réussi à inverser la courbe du chômage, avec un taux passant de 10,5 % en 2015 à 8,5 % en 2019. Selon Arthur Loyd, la ville bénéficie de sa proximité avec Paris (moins de 2 heures), et de sa réputation dans l’électronique (elle accueillait dans les années 2000 des usines Thompson, Technicolor, ou encore Motorola, aujourd’hui délocalisées en Asie), qui a permis d’attirer nombre d’entreprises de la French Tech.

 

 

Fabien Soyez

Fabien Soyez
Journaliste Web et Community Manager


Sur le même thème


Réagir à cet article

Un système de modération est en place sur ce site. Votre commentaire sera en ligne après vérification.


*

* Champs obligatoires