Mobilité toulouse

Toulouse, des opportunités axées sur l’aéronautique et le BTP

, par Camille Boulate

Située au cœur de la nouvelle région Occitanie, Toulouse possède de nombreux atouts : un cadre de vie agréable et des secteurs pourvoyeurs d’emplois comme celui de l’aéronautique, du commerce ou encore du BTP.

 

La ville rose ferait rimer travail avec bonheur. C’est en tout cas ce que tend à démontrer une étude menée par LinkedIn (lien web article julie) et publiée en octobre révélant que les salariés qui travaillent dans une entreprise toulousaine figurent parmi ceux les plus épanouis au monde. C’est dans ce contexte que la métropole toulousaine affiche des volumes de recrutements en hausse. “Sur 2016 on constate entre 20 % et 25 % de croissance des recrutements. Cette tendance devrait se poursuivre l’année qui arrive, confie Mathieu de Redon, manager exécutif senior pour Page Personnel à Toulouse. Sur le dernier semestre, Toulouse est le troisième bassin d’emplois en France, après Paris et Lyon.”

Une région portée par l’aéronautique

Et s’il y a bien un domaine d’activité qui recrute dans la région toulousaine c’est celui de l’aéronautique. Avec des entreprises comme Airbus ou des sous-traitants comme Derichebourg Atis aéronautique, le secteur recherche constamment de nouveaux profils. “Il représente 60 % des recrutements sur Toulouse et ses environs, souligne Mathieu de Redon. Les métiers techniques (technicien de maintenance ou de qualité) sont davantage demandés, surtout lorsque les cadences de production augmentent. Globalement, ce sont des fonctions pénuriques pour lesquelles nous devons rechercher des profils un peu partout en France.” D’autres fonctions, plus transverses, sont elles aussi très demandées, comme celles liées à la logistique ou au transport. “Tous les métiers, que ce soit de la supply chain, aux acheteurs en passant par les gestionnaires logistiques sont en recherche”, précise Mathieu de Redon. “Toulouse est une plate-forme économique importante dans le secteur du fret et des transports. En juin, on recensait 1 500 intérimaires en équivalent temps plein dans ce domaine, ajoute Joël Evrard, président régional de Prism’emploi Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées. Plus globalement, l’ensemble des fonctions sont en tension. Nous avons une difficulté de trouver des candidats en corrélation avec les besoins des entreprises. Une difficulté récurrente et surtout incongrue vu le contexte actuel et le taux de chômage élevé.”

Retrouvez la totalité de cet article dans le numéro de novembre-décembre de Rebondir, en kiosque le 15 novembre.

gplus-profile-picture

Camille Boulate


Sur le même thème