Actualités working-poor-travailleur-pauvre

2,1 millions de travailleurs pauvres en France

, par Fabien Soyez

Avoir un emploi ne protège pas de la précarité. Ainsi, si le chômage baisse, il y a dans le même temps de plus en plus de travailleurs pauvres. 2 millions de travailleurs vivent en dessous du seuil de pauvreté. Parmi eux, 1,6 million sont salariés.

 

2 millions de personnes exercent un emploi mais disposent d’un niveau de vie inférieur au seuil de pauvreté monétaire. Selon les derniers chiffres de l’Insee sur les niveaux de vie en 2017, ce seuil, fixé à 60 % du revenu médian, est de 1 041 euros (nets) par mois pour une personne vivant seule (et de 2 186 euros pour un couple avec deux enfants de moins de 14 ans). En 2013, il était de 1 021, soit une évolution modérée.

 

Le taux de pauvreté des chômeurs “diminue fortement”

Parmi les 8,9 millions de personnes pauvres recensées en 2017 (contre 8,5 millions en 2013), soit 14 % de la population française, les travailleurs sont de plus en plus nombreux – contrairement aux demandeurs d’emploi.

Ainsi, même si le niveau de vie médian des chômeurs au sens du Bureau international du travail (BIT) est “très nettement inférieur à celui des personnes en emploi”, celui des chômeurs augmente (+ 1,5 %), et celui des salariés est “en légère baisse” (– 0,3 %), indique l’Insee… Tandis que le taux de pauvreté des chômeurs “diminue fortement” en 2017 (– 0,7 point) et que celui des salariés augmente dans les mêmes proportions (+ 0,7 point).

 

Une augmentation des emplois précaires dans la construction et l’intérim

Le risque de vivre en dessous du seuil de pauvreté dépend beaucoup du statut d’activité. “Ces évolutions interviennent dans un contexte de nette diminution du taux de chômage (– 0,7 point en moyenne annuelle en 2017) et de créations d’emploi plus nombreuses dans l’intérim et la construction, qui emploient plus fréquemment des travailleurs à bas salaires. Le nombre de personnes pauvres augmente ainsi de 181 000 parmi les salariés, et diminue de 139 000 parmi les chômeurs”, indique ainsi l’Insee. En outre, le taux de pauvreté des indépendants (17,2 %) est nettement supérieur à celui des salariés (7,1 %).

Au total, les “actifs occupés” ont un taux de pauvreté de 8,2 % en 2017, et le nombre de ces travailleurs pauvres est de 2,1 millions. Parmi eux, 1,6 million sont salariés, et 519 000 sont indépendants.

Comment est-il possible que 2 millions de personnes travaillent, mais demeurent pauvres ? “Plusieurs facteurs entrent en ligne de compte. Une partie non négligeable des travailleurs sont employés en temps partiel ou par intermittence (CDD, intérim, etc.) et sont loin d’atteindre le Smic sur l’ensemble de l’année. Enfin, une partie des indépendants ont des revenus mensuels moyens très faibles, largement inférieurs au Smic”, explique l’Observatoire des Inégalités.

 

LIRE AUSSI : Chômage en France : 26 % des actifs sont en situation de “mal-emploi”

 

 
 

Fabien Soyez

Fabien Soyez
Journaliste Web et Community Manager


Sur le même thème


Réagir à cet article

Un système de modération est en place sur ce site. Votre commentaire sera en ligne après vérification.


*

* Champs obligatoires