Marché de l'emploi recrutement

Emploi : une baisse “historique” des embauches, mais un début d’embellie ?

, par Fabien Soyez

Selon les données de l’Acoss, les déclarations d’embauche sont à la baisse depuis avril, face à la crise du Covid-19. Une chute “historique”, selon l’agence. Mais les statistiques montrent aussi que la situation a commencé à se redresser entre mai et fin juin.

Dans un contexte marqué par la crise du Covid-19, les déclarations d’embauche de plus d’un mois (hors intérim, quelle que soit la taille des entreprises) ont enregistré au deuxième trimestre 2020 “une baisse historique” de 40,1 %, indique l’Acoss (Agence centrale des organismes de Sécurité sociale) dans un rapport publié mercredi 22 juillet.

“Le recul du deuxième trimestre résulte des diminutions très prononcées des déclarations d’embauche en CDI (- 43,7 % après – 5,0 % au premier trimestre 2020) ainsi que de celles en CDD de plus d’un mois (- 36,6 % après – 8,1 %). Les déclarations d’embauche en CDD de moins d’un mois se contractent quant à elles de 57,5 % après – 10,7 % au trimestre précédent. Au total, le nombre de déclarations d’embauche hors intérim recule de 51,7 % au deuxième trimestre 2020”, indique l’Acoss.

 

LIRE AUSSI : 500 000 emplois ont été détruits entre janvier et avril

 

Un début d’amélioration depuis le déconfinement

Dans le détail, cette baisse “historique” des recrutements concerne plus particulièrement trois grands secteurs : le tertiaire (- 45,2 % sur un an), l’industrie (- 40,8 %) et le BTP (- 29,3 %). La diminution des déclarations d’embauche s’applique en outre à toutes les régions de France. Même si l’Île-de-France (- 50,6 %), la Corse (- 49,8 %) et l’Alsace (- 47,0 %) sont celles qui affichent les chutes les plus marquées.

Les chiffres de l’Acoss permettent toutefois d’observer une nette amélioration de la situation depuis le déconfinement, et sur les dernières semaines du deuxième trimestre. Ainsi, en juin 2020, le niveau des embauches de plus d’un mois n’était plus inférieur que de 9 % à ce qu’il était il y a un an, contre – 49,5 % en mai et – 72,2 % en avril dernier (à l’époque du confinement).

 

LIRE AUSSI : Déconfinement : malgré la reprise, les licenciements se multiplient

 

 

Fabien Soyez

Fabien Soyez
Journaliste Web et Community Manager


Sur le même thème