Reconversion & Formation formation-jeunes

Les jeunes de 16 à 25 ans disposent désormais d’un droit au retour en formation initiale

, par Marie Roques

Deux décrets d’application de la loi d’orientation et de programmation pour la refondation de l’école de la République viennent d’être publiés au Journal Officiel. Ils précisent les conditions du droit au retour en formation pour tous les jeunes de 16 à 25 ans sortis du système scolaire sans diplôme, ni qualification.

Le président de la République s’est engagé, le 6 novembre dernier, à prendre en charge les jeunes sortis du système scolaire sans diplôme et à leur proposer une chance de qualification dans le cadre du nouveau service public régional d’orientation.

Demande de retour en formation
C’est désormais chose faite avec la publication de deux décrets parus dimanche, 7 décembre, au Journal Officiel. Ils précisent, notamment, les conditions du droit au retour en formation pour les jeunes de 16 à 25 ans, sortis du système scolaire sans diplôme et sans qualification professionnelle.
Pour exercer ce nouveau droit, tout jeune, de 16 à 25 ans, sans diplôme peut demander un entretien avec un représentant du service public régional d’orientation pour exprimer cette demande de retour en formation. Il dispose d’un numéro de téléphone gratuit (0 800 12 25 00) et peut également adresser un courrier, un e-mail ou se rendre dans un Centre d’information et d’orientation (CIO), une plateforme de suivi et d’appui aux décrocheurs, une mission locale ou encore une agence Pôle emploi.

Un pas vers l’enseignement supérieur
Durant les 15 jours suivant sa demande, le jeune obtient un entretien avec un représentant du service public régional d’orientation avec lequel il examinera toutes les possibilités de formation qui peuvent lui être proposées et choisira celle qui est la plus adaptée à son profil et à son projet.
Le dispositif est complété par un second décret destiné aux jeunes du même âge qui ont un diplôme mais pas de qualification professionnelle et ne sont pas (ou plus) dans l’enseignement supérieur. Ces jeunes bénéficient d’une prise en charge identique à celle des jeunes sans diplôme, dans la limite des places disponibles.

Avatar

Marie Roques
Rédactrice en Chef


Sur le même thème


Réagir à cet article

Un système de modération est en place sur ce site. Votre commentaire sera en ligne après vérification.


*

* Champs obligatoires