Marché de l'emploi chiffres chomage2

Coronavirus : Pôle emploi connaît une hausse “contenue” d’inscriptions

, par Fabien Soyez

Depuis les débuts du confinement, le nombre cumulé d’inscriptions à Pôle emploi a augmenté de 15 % par rapport à la même période de l’année dernière. Une hausse qui reste toutefois faible comparé au nombre de salariés en activité partielle.

Début avril 2020, Pôle emploi constatait une baisse de 143 000 offres sur son site, en deux semaines. Leur nombre est ainsi passé de 655 000 le 24 mars, à 512 000 le 6 avril. Une dizaine de jours plus tard, sur le site de la Dares, le ministère du Travail publie des données qui font état d’une hausse soutenue, en parallèle, des inscriptions auprès de l’organisme.

Le nombre (cumulé) d’inscriptions à Pôle emploi a ainsi atteint 314 296, soit une hausse de 42 149 par rapport à la même période de l’année dernière (+ 15 %). La hausse est surtout importante durant la première semaine de confinement, avec 28 137 inscriptions de plus (+ 31 %).

Dans le détail, début avril, les demandes d’inscription hebdomadaires à Pôle emploi sont plus élevées de 7 % qu’il y a un an. Au cours de la semaine du dimanche 29 mars au samedi 4 avril, on comptabilisait 104 860 demandes d’inscription. “Après une très forte hausse au cours de la troisième semaine de mars, première semaine du confinement, les inscriptions restent depuis lors à un rythme plus soutenu qu’en 2019”, note la Dares.

 

Une hausse modérée face à l’activité partielle

Les informations communiquées par le gouvernement ne permettent pas de connaître les raisons des inscriptions à Pôle emploi durant les trois premières semaines de confinement. Bien que le ministère du Travail indique que ces chiffres n’incluent pas les fins de formation, de stage ou de CSP (contrat de sécurisation  professionnelle).

Ces chiffres restent aussi faibles comparé au nombre de salariés en activité partielle. Le 15 avril, quelque 8,7 millions de travailleurs, soit un tiers d’entre eux, étaient ainsi couverts par ce dispositif, dont le but est justement de limiter les dégâts pour l’emploi. Sa généralisation est censée coûter au gouvernement 24 milliards d’euros sur 3 mois.

 

Principalement des CDD non renouvelés ?

Selon le ministère du Travail, qui parle d’une hausse des inscriptions chez Pôle emploi “contenue”, ces chiffres sont également largement moins importants que ceux des États-Unis, où l’on dénombre 5 millions d’inscrits au chômage par semaine.

En parallèle,  le nombre de plans de sauvegarde de l’emploi (PSE) a été divisé par 2 entre le 1er mars et le 12 avril, par rapport à la même période de 2019 (37 contre 66). Le nombre de suppressions de postes envisagées dans le cadre de ces PSE (1 917 contre 5 490 en cumulé) a du reste été divisé par 10 entre la semaine du 2 mars et celle du 6 avril. Pour le gouvernement, c’est ainsi le signe que la hausse des inscriptions à Pôle emploi proviendrait en majorité de CDD non renouvelés.

 

 

Fabien Soyez

Fabien Soyez
Journaliste Web et Community Manager


Sur le même thème