Marché de l'emploi Yoopies

Coronavirus : 8,7 millions de salariés sont au chômage partiel

, par Fabien Soyez

De 4 millions début avril, le nombre de salariés au chômage partiel est passé à presque 9 millions, selon les derniers chiffres dévoilés par le gouvernement. D’après Muriel Pénicaud, ce dispositif “sauvera des milliers d’emplois”.

Un salarié sur trois est désormais au chômage partiel, soit 8,7 millions de personnes, selon les derniers chiffres communiqués par la ministre du Travail, Muriel Pénicaud. Début avril, ils n’étaient que 3,9 millions.

Quelque 732 000 entreprises sont maintenant concernées, soit plus d’une sur deux en France. C’est 32 000 de plus que la semaine dernière. “Le rôle de l’état qui est aussi de protéger en cas de crise est pleinement là. Le chômage partiel sauvera des milliers d’emplois et permettra de repartir”a estimé Muriel Pénicaud, ce matin sur Radio Classique.

 

24 milliards d’euros sur 3 mois

 

Cette mesure devrait coûter 24 milliards d’euros sur trois mois, selon la ministre du Travail. Cette somme sera financée par l’État et par l’Unédic, l’organisme qui gère l’assurance chômage. “C’est un investissement. Oui, cela va faire de la dette, oui ça va être difficile, mais c’est à ce prix-là qu’on va sauver les emplois et qu’on va permettre aussi à notre tissu de petites et moyennes entreprises de continuer à exister”, indique Muriel Pénicaud.

LIRE AUSSI : Coronavirus et chômage partiel : les travailleurs perdront 16 % de leur salaire

Dans le cadre de ce système, les travailleurs en activité partielle continueront de recevoir une fiche de paie. Mais l’indemnité prévue ne couvre que les heures non travaillées. Ainsi, ils ne se verront verser que 70 % de leur rémunération brute, soit 84 % de leur salaire horaire net, dans la limite des 35 heures payées. Sachant que les heures supplémentaires ne sont pas intégrées dans ce calcul et ne pourront être réalisées. S’il le souhaite, l’employeur peut décider de verser à ses collaborateurs plus que 70 % du brut, mais il n’aura alors aucune aide de l’État pour ce complément. À noter que ces indemnités sont également soumises au prélèvement à la source.

LIRE AUSSI : 89 % des particuliers employeurs devraient avoir recours au chômage partiel

 

Fabien Soyez

Fabien Soyez
Journaliste Web et Community Manager


Sur le même thème