Marché de l'emploi

Comment Pôle emploi entend aider les chômeurs et les entreprises en 2020

, par Fabien Soyez

Des demandeurs d’emploi et des entreprises satisfaites, mais encore de nombreux de chantiers à mener de front en 2020 : tel est le constat de Jean Bassères, directeur général de Pôle emploi.

 

Lors de ses vœux à la presse, Jean Bassères, le directeur général de Pôle emploi, est revenu sur le bilan de l’année écoulée : 4,3 millions de retours à l’emploi (+ 1,4 % par rapport à 2018), 75,4 % de demandeurs d’emploi satisfaits du suivi dont ils ont bénéficié (+ 2,2 points) et 84 % satisfaits par le traitement de leur dossier d’indemnisation (+ 2 points). En outre, l’organisme observe une “hausse significative” du taux de satisfaction des entreprises, qui est de 74,4 % pour 2019, contre 65 % en 2014. “Sachant que 50 % des projets de recrutement sont anticipés comme difficiles, le fait d’avoir dédié des conseillers exclusivement aux relations avec les organisations en 2016, est payant”, note Jean Bassères.
 

“Faire plus pour ceux qui en ont le plus besoin”

Cette année, Pôle emploi mettra en œuvre la nouvelle convention tripartite signée avec l’Unédic et l’État fin 2019. Cette feuille de route pour la période 2020-2023 comporte 3 orientations stratégiques : accélérer le retour à l’emploi durable (notamment de ceux qui sont en situation de chômage de longue durée, et de ceux qui alternent régulièrement chômage et emploi), lutter plus efficacement contre les difficultés de recrutement, et “développer et valoriser” les compétences des demandeurs d’emploi, avec “des formations plus pertinentes, plus accessibles et plus efficaces”.

Pôle emploi compte continuer à “faire plus pour ceux qui en ont le plus besoin”, notamment en accompagnant les demandeurs d’emploi présentant des “freins sociaux”. 70 000 sont actuellement suivis, et l’organisme espère faire grimper ce chiffre à 200 000 d’ici 2022. Il souhaite aussi réaliser un “effort de formation ciblé” sur les non-qualifiés.

Autre objectif : “mettre le digital au service de la recherche d’emploi”, notamment en utilisant l’intelligence artificielle. “L’IA permettra à nos conseillers de traiter plus vite leurs e-mails pour se concentrer sur l’accompagnement personnalisé, mais aussi de recevoir une alerte lorsqu’un demandeur d’emploi donne des signes de découragement, afin d’organiser au plus vite un rendez-vous. Ce dernier pourra aussi se voir proposer par le système des suggestions personnalisés d’applications à utiliser ou d’ateliers à suivre”, décrit Jean Bassères.

Pôle emploi développera aussi son réseau social “Sphère emploi”, destiné aux demandeurs d’emploi “les plus autonomes” (en particulier les cadres). Une plate-forme collaborative qui met en relation ces derniers avec des conseillers devenus également “community managers”. L’organisme devrait aussi généraliser la prise de rendez-vous en ligne et la visioconférence, deux pratiques “déjà expérimentées avec succès dans plusieurs agences”.

Pour “faire des compétences le levier du rapprochement entre demandeurs d’emploi et recruteurs”, Pôle emploi souhaite enrichir en 2020 son “approche compétences”, en mettant l’accent notamment sur les savoir-être professionnels. “Le travail sur les soft skills est tout aussi décisif que celui sur les savoir-faire”, indique Jean Bassères.
 

MVIMG_20200123_113323

Aider les entreprises à recruter

Dans un contexte de métiers sous tension ou pénuriques, Pôle emploi mènera aussi une action de grande ampleur pour accélérer les recrutements des organisations. Le 1er janvier 2020, dans le cadre d’une opération baptisée “Action recrut”, 1 000 conseillers supplémentaires dédiés aux entreprises ont été recrutés, faisant passer leur nombre à 5 500, pour réduire le nombre des offres non pourvues. Grâce à ces derniers, qui proposent un plan d’action aux sociétés dont les offres demeurent sans suite au bout de 30 jours, l’organisme compte réduire le délai de recrutement moyen de 10 jours. Pôle emploi prévoit aussi de développer une technologie pour fournir aux entreprises un “diagnostic du potentiel de recrutement” (chances de succès) dès le dépôt de leurs offres d’emploi.

Enfin, Pôle emploi mettra en œuvre dès avril 2020 les nouvelles règles d’assurance chômage, notamment en mettant en place une nouvelle prestation pour ceux qui alternent emploi et périodes de chômage. Ce service sera externalisé et confié à des prestataires privés (1). “Ils se chargeront pour l’institution d’analyser avec les demandeurs d’emploi, pendant une durée de 3 mois, les raisons de cette alternance, de leur proposer des ateliers, et de leur financer des formations”, explique Jean Bassères.

D’ici 2021, un “conseiller référent indemnisation” sera aussi créé pour chaque demandeur d’emploi indemnisé, afin de “garantir un traitement personnalisé de son dossier, et d’anticiper les conséquences de ses changements de ses situations sur ses allocations”.

Les ambitions de Pôle emploi : compter 80 % de demandeurs d’emploi et d’entreprises satisfaites par leur accompagnement d’ici 2022.
 

(1) Un appel d’offres auprès d’opérateurs régionaux est en cours.

 
 

Fabien Soyez

Fabien Soyez
Journaliste Web et Community Manager


Sur le même thème


Réagir à cet article

Un système de modération est en place sur ce site. Votre commentaire sera en ligne après vérification.


*

* Champs obligatoires