Vos droits pôle emploi

Contrôle renforcé des chômeurs : “il ne s’agit pas de les fliquer”

, par Julie Tadduni

Depuis lundi 28 septembre, Pôle emploi va progressivement déployer un dispositif de contrôle de la recherche d’emploi. Vincent Godebout, délégué général de l’association Solidarités nouvelles face au Chômage, réagit à cette mesure.

 

Le contrôle renforcé des chômeurs a débuté cette semaine. En quoi cela consiste-t-il ?

Il s’agit de voir si les demandeurs d’emploi inscrits à Pôle emploi sont dans une recherche active. C’était déjà le cas, mais la nouveauté est que ce ne sont plus les conseillers qui sont en charge d’effectuer ces contrôles comme autrefois. Depuis le 28 septembre, des personnes sont dédiées à cette tâche, afin de ne pas mélanger conseil et contrôle. Le terme de contrôle n’est d’ailleurs pas approprié car il s’agit de mettre en place des rendez-vous plus réguliers, ce que demandent souvent les demandeurs d’emploi.

 

Pensez-vous que cette mesure soit efficace ?

Elle va dans le bon sens tout en veillant à une relation de qualité entre l’organisme et les personnes inscrites. Il ne s’agit pas de les fliquer. On parle davantage de chercheur d’emploi que de demandeur d’emploi d’ailleurs, il faut humaniser tout cela.

 

Ne pensez-vous pas justement qu’ils vont se sentir surveillés ?

Si c’est bien fait, non. Je ne veux pas suspecter le service public de l’emploi d’agir contre l’intérêt des chômeurs. Certes, il existe des fraudes, mais comme dans tout dispositif public où il y a de l’argent en jeu.

 

Comment accueillent-ils ce dispositif ?

Ceux que nous accompagnons ont plus le sentiment d’exister aux yeux de Pôle emploi. Cela a été reçu assez positivement. Ce n’est pas toujours facile pour eux, on vous demande d’être bon au moment où vous n’allez pas toujours bien. Des rendez-vous plus réguliers font justement partie de leurs attentes.

 

Que proposeriez-vous pour aller plus loin ?

Le service public de l’emploi doit être dans une vraie dynamique d’accompagnement car nous savons que cela fonctionne. Il faut faire évoluer la sémantique, parler de redynamisation plutôt que de contrôle par exemple. C’est toute l’attention portée au demandeur d’emploi qui fait que le lien se renforce car ils se sentent stigmatisés, mis de côté.

Le contrôle en pratique

Selon Pôle emploi, ce dispositif concerne à ce jour trois régions (Poitou-Charentes, Aquitaine et Limousin). Il sera élargi à quatorze nouvelles régions mi-octobre, la généralisation à l’ensemble du territoire étant prévue d’ici la fin du mois de novembre.
Il concerne tous les demandeurs d’emploi (indemnisés ou non). L’absence d’actes positifs et répétés en vue de retrouver un emploi peut entraîner une radiation de la liste des demandeurs d’emploi de 15 jours la première fois. En cas de manquements répétés, la période peut être portée jusqu’à six mois consécutifs. Pour les demandeurs d’emplois percevant une indemnisation, celle-ci sera suspendue pendant leur période de radiation.
Conservez donc bien toutes les preuves de vos candidatures (annonces, lettres de motivation, CV adaptés, e-mails, dates des coups de fil, et éventuellement, quand cela arrive, courriers ou messages électroniques de refus adressés par les recruteurs).

Avatar

Julie Tadduni
Journaliste Web et community manager pour Rebondir


Sur le même thème


Vos réactions (3)

  1. Contrôle renforcé des chômeu…, le

    […] Depuis lundi 28 septembre, Pôle emploi va progressivement déployer un dispositif de contrôle de la recherche d’emploi. Vincent Godebout, délégué général de l’association Solidarités nouvelles face au Chômage, réagit à cette mesure.  […]

  2. albator, le

    Nul doute que mon commentaire sera censuré. J’aime énormément cet campagne de communication sur ce contrôle des chômeurs pour insister tant sur le fait qu’il ne s’agit pas de contrôle que cela en devient tout de même douteux. Tout le monde en fait trop… Quant à l’association SNFC (pas fait exprès), je trouve aussi succulent que ces personnes qui ne sont pas au chômage et ne l’ont parfois jamais connu, qui ne font qu’accompagner les chômeurs (comme on accompagne les enfants) m’expliquent ce que « veulent » les chômeurs. Comme si les chômeurs, à travers leurs associations n’étaient jamais légitimes à parler. SNCF ne fait dire que ce l’institution veut entendre. Mais qui y croit encore depuis 40 ans le chômage ne fait qu’augmenter entre le système tel qu’il fonctionne et la numérisation-machinisation qui remplace tout (boîte vocal, caisse automatique, etc.). Mais quelle blague pour entretenir cette doxa ce logiciel jamais mis à jour du plein emploi resté à sa version 1.0 alors que tout ceux et toutes celles surtout qui sont en CDI et CDD (chômage à durée indéterminée et déterminée) sont passé-e-s à la version 10.0 et attendent un peu de continuité du revenu.

  3. DOMINIAK, le

    « Oui faire évoluer la sémantique SVP !
    Membre accompagnante de Solidarités Nouvelles Face au Chômage depuis plusieurs années et moi-même en période de « privation d’emploi » depuis 18 mois,
    je suis bien éloignée du terme « chômer ». Je suis offreuse de compétences. Lorsque je souhaite un entretien avec un conseiller du Pole Emploi, je dois téléphoner plusieurs fois via le 3949 (numéro payant pour toute personne n’ayant pas un forfait illimité) pour que ma demande soit enregistrée de façon indirecte (impossible de joindre mon conseiller pour l’informer du motif et lui communiquer mes disponibilités : un offreur de compétence se doit de se rendre disponible quelle que soient ses contraintes personnelles, à défaut il lui sera réclamé justificatifs). En retour, je reçois une « convocation » écrite, terme synonyme de « assignation » faute de quoi menace de radiation… j’en suis arrivée à me demander qui a effectué la démarche de souhaiter un entretien. 10 mois que j’attendais de rencontrer mon conseiller !!!
    Lors de cet entretien, j’ai trois questions, l’une sur mes possibilités de créer ma propre structure, la seconde sur la méthode de calcul d’indemnisation, en effet, je suis en pourparler pour un mi-temps et je souhaite valider que mon potentiel employeur aura bien droit à des aides (octroyées pour tout chomeur de plus de 12mois).
    les réponses sont :
    il vous faudra reprendre RV avec ma collègue X pour question « création entreprise », autre RV avec ma collègue Y pour question calcul d’indemnisation, car je ne suis pas compétente pour vous répondre…. par contre, vous n’avez pas droit à faire bénéficier votre potentiel employeur d’aide à l’embauche, car officiellement vous êtes demandeur depuis 6 mois seulement, pour les 12 premiers mois de votre période de chômage suite à votre licenciement économique, vous n’étiez pas comptabilisée comme « chômeur » car vous bénéficiez du CSP – traduction : vous avez reçu l’intégralité de votre ancien salaire sur ces 12 mois ( !!!!!!!)
    Merci de m’avoir reçu ! (mes mots sonnent faux) et tristesse (ou colère?), oui, je suis déçue, trois semaines d’attente pour ce RV. Résultat : il m’est demandé de reprendre RV via le 3949 (-ah non je ne peux pas voir directement un RV ni avec X ni avec Y il vous faut faire la démarche de votre coté)
    Décision potentielle serait de frapper à d’autres portes que celle qui me semble être devenue, malgré la volonté de ses employés, une coquille vidée de son sens (de son essence). – Regardez ! On n’a même plus d’armoire pour entreposer nos documents, je garde mes dossiers dans mon cartable que je rapporte chez moi chaque soir. Tout est refait à neuf ici mais les bureaux sont devenus interchangeables, on ne se sent plus en lien, on est démunis face aux demandeurs d’emploi.
    Je me suis assise à l’accueil et pendant quinze minutes, j’ai pris la liberté de regarder les « privés d’emploi » ressortir des bureaux de « convocation ». Un lien commun entre toutes ces personnes ? Oui ! Incroyable ! Toutes avaient des visages fermés, bougonnant leur mécontentement.

    L’un des nouveaux rôles du Pole Emploi pourrait être de re-dynamiser ces personnes « conseillères » qui sont face à des problématiques opérationnelles. Leur donner, à défaut de leur permettre de proposer des offres, à minima les moyens pour que les « convoqués » repartent satisfaits et confiants dans leurs espoirs et projets.
    Je termine une reconversion de Coach en Organisation (XXL formations que j’ai auto financée car aucune aide ne m’a été accordée malgré un projet auquel je crois fermement). Ainsi, avec des outils puissants et cadrés, je suis à la disposition du Pole Emploi pour accompagner ses équipes à retrouver du sens dans leurs actions par une nouvelle dynamique, la mise en œuvre des solutions concrètes et durables pour leurs activités au quotidien.

Réagir à cet article

Un système de modération est en place sur ce site. Votre commentaire sera en ligne après vérification.


*

* Champs obligatoires