Les entreprises qui recrutent recrutements aéronautique et spatial

Retour de l’optimisme dans le secteur de l’air et de l’espace

, par Stéphanie Condis

L’aéronautique et le spatial reprennent leur envol… et leurs recrutements, passé le violent choc de la crise sanitaire et économique.

L’observatoire des métiers de l’air et de l’espace, qui associe l’école d’ingénieurs Ipsa et l’institut de sondage Ipsos, vient de publier la 3e édition de son enquête. Elle a été menée, fin 2021, auprès de 200 dirigeants d’entreprises spécialisées dans ces types d’activités.

D’une manière générale, après la pire crise jamais connue par ce secteur, il entre dans une phase de rebond et de réinvention, générant un nouvel élan parmi les acteurs. Ainsi, les trois quarts des recruteurs interrogés font preuve d’optimisme concernant leur capacité à embaucher en 2022. Et les deux tiers pensent que la croissance économique sera au rendez-vous pour leur société cette année.
Elle sera d’abord portée par la recherche et développement, où les besoins de recrutement sont considérés comme les plus forts dans les prochaines années. Viennent ensuite la production et les bureaux d’études.

A lire aussi : Redécollage de l’emploi chez Safran

Pour soutenir cette évolution positive, il sera nécessaire de pourvoir des postes à court et moyen termes : 85 % du panel sollicité par le sondage affirme qu’il faudra réaliser un nombre important de recrutements dans les métiers d’opérateurs et de mécaniciens. Même pourcentage chez les ingénieurs (en particulier ceux spécialisés en cybersécurité, qualité et intelligence artificielle). Alors que la proportion monte à 88 % pour les techniciens supérieurs.

Avatar

Stéphanie Condis
Journaliste


Sur le même thème