Management

82 % des candidats veulent changer d’emploi à la rentrée 2021 (CCLD)

, par Deborah Weill

Une étude CCLD analyse l’impact de la crise sanitaire sur le marché du travail. Il en résulte que 50 % des sondés déclarent être en recherche active d’un nouveau poste pour fuir le manque de reconnaissance et un management défaillant.

Si la crise est source de danger et d’inquiétude, elle semble surtout être vectrice d’opportunités. Aujourd’hui, la priorité des candidats semble être portée sur “l’adéquation de leurs valeurs avec celles de l’entreprise dans laquelle ils travaillent” (CCLD). La majorité des sondés sont ainsi prêts à se reconvertir, pour faire place à la nouveauté, et à une meilleure appréciation de leurs compétences. A l’inverse, en 2020, c’était davantage la nature des “missions confiées, la rémunération et la situation financière de l’entreprise” qui constituaient les priorités des sondés.

 

E-recrutement

L’étude CCLD démontre également qu’en 2020 les candidats à un poste était “très enthousiastes à l’idée de réaliser des entretiens de recrutement à distance”, et donnaient à ces e-recrutements une note de 8,2/10. La note a désormais perdu près de deux points, et les candidats remarquent des difficultés leur portant préjudice tels que notamment “des problèmes de connexion ou une mauvaise maîtrise du logiciel utilisé”. Parmi les personnes interrogées 95 % d’entre elles ont eu recours à ces e-recrutements.

 

Soft-Skills

Cette étude nous apprend également que ce sont aujourd’hui davantage les soft skills (soit les qualités relatives au savoir-être d’un candidat) qui sont les plus recherchées par les recruteurs. “Les recruteurs affirment ainsi que les compétences comportementales ou soft skills rentrent prioritairement en ligne de compte dans la prise de décision, suivi de près par les affinités motivationnelles, les compétences techniques et les traits de personnalité évalués par les tests psychométriques” précise le communiqué.

CCLD a notamment mis en place des sessions de recrutement collectif dit “assessment centers”. Grâce à divers moyens, les recruteurs évaluent les candidats et leurs discours de façon objective.

Finalement, 83 % des candidats interrogés qui se disent engagés dans leur travail évoluent dans un univers professionnel qui repose sur la confiance, la prise en compte des idées, la considération et les perspectives d’évolution.

 

À LIRE AUSSI : Travail et management post-crise : “l’humain devra être remis au cœur de tout” (Alexandre Mars)

 

 

Deborah Weill

Deborah Weill


Sur le même thème


Réagir à cet article

Un système de modération est en place sur ce site. Votre commentaire sera en ligne après vérification.


*

* Champs obligatoires