Reconversion & Formation shutterstock_1408690505

92 % des actifs déclarent que le confinement a augmenté leur envie de reconversion

, par Mathilde Seifert

Quête de sens, ascension sociale, envie d’un quotidien plus en phase avec leurs valeurs et leurs attentes… Nombreux sont les objectifs visés par les personnes ayant entamé des démarches de reconversion.

Maformation, plate-forme de mise en relation entre candidats et organismes de formation en France, a interrogé plus de 1 000 actifs souhaitant se reconvertir afin de mieux comprendre ce qui les motive.

Pour beaucoup, l’idée de se reconvertir était dans un coin de leur tête depuis un certain temps mais le contexte actuel a joué comme un déclencheur. Près de la moitié des actifs interrogés, 49 %, déclarent que le confinement a impacté leur envie de reconversion. “L’épidémie du coronavirus et le confinement ont été un déclic pour de nombreux actifs. Les recherches de formation réalisées sur notre site ont augmenté de 40 % pendant la période de confinement, en comparaison à la même période en 2019” témoigne Jérémy Plasseraud, responsable du site MaFormation.fr.

 

LIRE AUSSI Crise sanitaire : Une opportunité pour se former

 

Équilibres de vie et quête de sens

Les répondants ont tendance à voir ce projet de reconversion à court terme. En effet, les deux tiers d’entre eux s’expriment en ce sens. La raison principale de cette envie pressante de changement, pour 47 %, réside dans la recherche d’un meilleur équilibre entre vie professionnelle et vie personnelle. Vient ensuite pour 45 % des interrogés l’envie de changement, de découvrir « autre chose ». Parmi eux, ils sont un tiers à déclarer ne plus se plaire dans leur métier, 20 % dans leur entreprise lorsque d’autres envisagent de changer radicalement de secteur (16%). La quête d’un métier ayant plus de sens arrive en troisième position (44 %).

Pour autant, ce n’est pas une décision à prendre à la légère. Il y a un certain nombre d’étapes par lesquelles il faut passer avant de se lancer à 100 %. Dans un premier temps, la formation semble être un passage obligé pour toutes ces personnes. En effet, sur dix personnes, seule une envisage d’effectuer sa reconversion sans formation. Aussi, les personnes évoquant le souhait de se reconvertir sont majoritairement en poste actuellement (51 %).

Une autre étape importante est de savoir dans quel secteur ou quel métier se reconvertir. Si cette phase semble la base de tout projet de reconversion, moins de la moitié des futurs “reconvertis”, 47 % savent dans quelle branche se tourner.

LIRE AUSSI : 6 conseils pour une reconversion réussie

 

 

Avatar

Mathilde Seifert


Sur le même thème