Marché de l'emploi REB-Q4-Chomage

Chômage : nouveau recul au 4e trimestre

, par Camille Boulate

Les chiffres du chômage au sens du BIT (Bureau international du travail) viennent d’être publiés par l’Insee. Résultats : une nouvelle baisse du nombre de demandeurs d’emploi a été constatée fin 2017, concernant ainsi 8,9 % de la population active.

 

Au quatrième trimestre 2017, le taux de chômage au sens du BIT est de 8,9 % de la population active en France (hors Mayotte), “son plus bas niveau depuis début 2009”, souligne l’Insee dans sa note de conjoncture publiée le 15 février. En effet, par rapport au quatrième trimestre 2016, la baisse constatée est de 1,1 point, la plus forte depuis début 2008. En métropole, le nombre de chômeurs s’élèverait à 2,5 millions de personnes, soit une baisse de 205 000 demandeurs d’emploi par rapport à la période précédente.

 

Moins de chômeurs de longue durée

Dans ce contexte, le chômage de longue durée baisse nettement avec une diminution de 0,6 point sur le trimestre et de 0,7 point par rapport à la même période l’année précédente. “Le taux de chômage de longue durée s’établit ainsi à 3,6 % de la population”, précise l’Insee. Toujours en France métropolitaine, ce sont 1,1 million de personnes qui déclarent au quatrième trimestre rechercher un emploi depuis au moins un an. Par ailleurs, parmi les personnes inactives au sens du BIT, 1,5 million souhaitent décrocher un emploi sans être pour autant comptées comme chômeur. “Elles constituent le halo autour de chômage”, souligne l’Insee. La définition du chômage au sens du BIT est en effet très stricte : seules sont comptabilisées les personnes en âge de travailler (c’est-à-dire ayant 15 ans ou plus) qui n’ont pas travaillé, ne serait-ce qu’une heure, au cours de la semaine de référence, qui sont disponibles pour travailler dans les deux semaines et qui ont entrepris des démarches actives de recherche d’emploi le mois précédent.

 

Un taux d’emploi en hausse

Parmi les hausses constatées, le taux d’emploi des personnes actives (15-64 ans) atteint 65,7 %, son niveau le plus élevé depuis le début des années 1980. “Il augmente de 0,6 point par rapport au troisième trimestre et de 1 point par rapport à fin 2016”, indique l’Insee. Dans ce contexte, le taux d’emploi à temps partiel reste plutôt stable et subit une légère hausse de 0,1 point par rapport à fin 2016 mais une baisse similaire comparée au troisième trimestre 2017. En revanche, sur cette même période, le nombre de personnes en situation de sous-emploi recule de 0,5 point. Une baisse qui atteint 0,6 point sur un an. Au total, ce sont 5,6 % des personnes en emploi qui se trouvent en situation de sous-emploi.

 

gplus-profile-picture

Camille Boulate


Sur le même thème