Marché de l'emploi shutterstock_1455683189

Embauches en hausse, recul du chômage : l’emploi redémarre avec la baisse de l’épidémie

, par Fabien Soyez

Les embauches explosent, le chômage baisse, les effectifs salariés du privé repartent de l’avant : le marché du travail a redémarré en mai 2021, à la faveur de la baisse de l’épidémie.

Avec le déconfinement qui s’est opéré entre le 19 mai et le 9 juin 2021, l’emploi a redémarré en trombe. En mai, les embauches de plus d’un mois (hors intérim) ont ainsi rebondi de 36,9 % par rapport à avril, selon l’Urssaf Caisse nationale (ex-Acoss), pour atteindre 785 549 recrutements mensuels, un chiffre jamais atteint depuis 2008.

Cette hausse des embauches a permis d’effacer la forte contraction du mois précédent (-8,3 %), mais reste à considérer avec prudence. En effet, il profite à la fois du déconfinement et “d’effets calendaires favorables”, prévient l’Urssaf Caisse nationale dans son baromètre du 23 juin.

La levée des restrictions sanitaires a notamment provoqué un afflux de recherche de main-d’oeuvre, dans l’industrie, la restauration et le commerce de détail principalement.

 

LIRE AUSSIRebondir face au Covid : “Il faudra assouplir le travail après la crise”

 

Davantage de CDI et de CDD longs

Néanmoins, le regain d’activité du marché du travail semble global. Au premier trimestre, les effectifs salariés du privé sont repartis de l’avant (+0,5 % en trois mois).

Sur les 785 549 déclarations uniques d’embauches (DUE) recensées par la caisse nationale des Urssaf, on compte en outre 382 793 CDI et 402 756 CDD longs.

“Sur un an, les déclarations d’embauche en CDD de plus d’un mois progressent de 119,4 % et celles en CDI de 119,6 %. Par rapport à février 2020, les évolutions sont respectivement de + 9,1 % et + 4,6 %”, note l’Ursaff Caisse nationale.

Mais ces chiffres s’inscrivent dans un contexte de crise, et restent peu représentatifs. S’il on compare avec mai 2019, hors crise donc, l’on obtient des statistiques plus parlantes : il y a deux ans, à la même période, le nombre d’embauches était de 704 072 (soit + 81 477 de DUE en 2021), dont 344 951 CDI (soit + 37 842) et 359 122 CDD longs (soit + 43 634).

À noter une amélioration de la qualité des embauches. Au premier trimestre, les CDI représentaient ainsi 17 %, et les CDD longs 19 % des 5 millions de recrutements comptabilisés sur la période.

 

LIRE AUSSI : L’emploi salarié a rebondi début 2021 grâce au tertiaire

 

Une baisse du chômage en parallèle

En parallèle, si le chômage fluctue de mois en mois depuis fin 2020 et stagne autour des 3,8 millions de personnes, il n’en reste pas moins qu’il a baissé, selon les dernières statistiques de la Dares, publiées le 25 juin.

Le nombre de demandeurs d’emploi de catégorie A, c’est-à-dire sans aucune activité (en France, hors Mayotte) est ainsi reparti à la baisse en mai 2021, avec -3,5 % en un mois, selon la Dares. Soit 134.100 inscrits en moins chez Pôle emploi. Ils sont désormais au nombre de 3,729 millions. Il s’agit de la quatrième baisse la plus importante depuis la création de la série statistique, en 1996.

Mais le ministère du Travail prévient toutefois que cette embellie est également liée au déconfinement. En outre, le nombre de chômeurs des catégories B et C (activité réduite) a augmenté de 4,4 % entre avril et mai, soit + 95 000 inscrits.

Reste finalement une inconnue : le sort des salariés du privé encore en activité partielle (2,7 millions en avril), qui pourrait confirmer cette reprise du marché du travail, ou au contraire l’infirmer.

 

LIRE AUSSIL’Unédic prédit un chômage à 10 % en 2021

 

 

Fabien Soyez

Fabien Soyez
Journaliste Web et Community Manager


Sur le même thème


Réagir à cet article

Un système de modération est en place sur ce site. Votre commentaire sera en ligne après vérification.


*

* Champs obligatoires