Actualités gamers

Randstad crée un quizz pour “transformer ses skills gaming en compétences professionnelles”

, par Fabien Soyez

À l’approche du Paris Games Week, plus important salon grand public du jeu vidéo en France, le cabinet Randstad propose sur son site de recrutement dédié aux gamers, un quizz ludique permettant d’identifier ses “skills gaming” – des savoir être susceptibles d’être transformés en compétences professionnelles – dans l’e-sport, mais aussi en dehors.

 

Le sport électronique, ou e-sport, s’est considérablement développé en quelques années. Par équipe, 2 millions de “gamers” s’affrontent en France lors de compétitions de jeux vidéo en réseau. Ils sont bien souvent suivis en direct sur Internet ou à la télévision par quelque 5 millions de spectateurs. La tendance est aujourd’hui à la professionnalisation du gaming, et c’est dans cette perspective que Randstad essaie de “bâtir des passerelles” entre le monde du jeu vidéo et le marché de l’emploi.

Pour la troisième année consécutive, le cabinet de recrutement et d’intérim participera à la Paris Games Week, le plus important salon grand public du jeu vidéo en France, qui attend 320 000 visiteurs du 30 octobre au 3 novembre 2019. À l’occasion, il recrute 80 personnes pour Square Enix et Game One, deux acteurs français du gaming.

Mais afin “d’aller plus loin”, Randstad propose depuis 3 ans un site dédié à l’emploi dans l’e-sport, randstad.game, sur lequel sont régulièrement postées des offres de recrutement en intérim, pour l’ESL (Electronic Sports League, ou Ligue de sport électronique) et ses partenaires.

 

Une quinzaine de métiers liés au sport électronique

Sur son site, le cabinet a listé une quinzaine de métiers liés à l’e-sport, regroupés dans 3 champs d’activité : l’animation (animateur démonstrateur, hôte, chargé de production éditoriale, chef de projet, community manager, journaliste animateur), les compétitions de sport électronique (commentateur de tournois, coach, joueur professionnel, streamer, team manager, testeur de jeu vidéo), et la technique audiovisuelle (game designer, réalisateur télé, régisseur technique, technicien de production, chargé de marketing digital).

“Mais les passionnés de gaming doivent prendre conscience de la valeur de leurs savoir-faire et savoir-être pour construire leur carrière ; pas seulement dans l’e-sport, mais aussi en dehors. Car certaines des compétences que développent les gamers sont recherchées par les entreprises. L’enjeu pour Randstad est de faire rentrer le gaming dans le monde du travail”, indique Ana Maria Olcina, directrice marketing Groupe Randstad France. Selon elle, “la pratique régulière du jeu vidéo permet d’acquérir de la rigueur, du leadership, des réflexes, un esprit stratège, des compétences très recherchées sur le marché de l’emploi. De la même manière, des passerelles peuvent permettre de mener une carrière dans les métiers spécifiques à l’e-sport et de la poursuivre dans des secteurs plus traditionnels”.

 

Esprit d’équipe, résistance au stress, réactivité

À l’occasion de la Paris Games Week, Randstad lancera un nouveau service sur son site : Jobcraft, un quizz ludique développé avec plusieurs acteurs du gaming pour “identifier les compétences des joueurs en fonction de leur style de jeu”. Selon le cabinet, “le but est de leur faire prendre conscience que leur pratique permet de développer des capacités recherchées sur le marché du travail.”

Ce test “plonge les candidats dans un environnement inspiré des franchises les plus célèbres du jeu vidéo. En douze étapes, les gamers identifient les skills clés développées en fonction de leur style de jeu et peuvent les associer à des compétences professionnelles recherchées par les entreprises”. Parmi les “skills gaming” (savoir-faire des joueurs) susceptibles d’être transformées en compétences professionnelles, Randstad liste l’esprit d’équipe, la résistance au stress, la réactivité, le leadership, la communication, la rigueur, la créativité, l’éloquence, ou encore la coordination, la concentration et l’agilité.

“Les joueurs peuvent très bien frapper aux portes du monde du travail traditionnel, munis de leurs skills gaming, vers des métiers tels que chef des ventes, directeur de projet, attaché commercial, directeur communication, responsable marketing, consultant sportif, social media manager, ou encore chef de projet web », nous explique Ana Maria Olcina. Selon elle, « le monde du gaming et de l’e-sport conserve une mauvaise image auprès du grand public, et il est rare qu’un gamer ose mettre en avant ses compétences. Or, celles-ci peuvent faire la différence quand ils se retrouve face à un candidat qui a le même CV que lui, mais qui ne possède pas son savoir faire de jeu”, conclut-elle.

 

 

Fabien Soyez

Fabien Soyez
Journaliste Web et Community Manager


Sur le même thème


Réagir à cet article

Un système de modération est en place sur ce site. Votre commentaire sera en ligne après vérification.


*

* Champs obligatoires