Conseil en recherche d'emploi soft-skills

Comment travailler ses soft skills

, par Marie Roques

Au-delà de la formation et de l’expérience professionnelle, les recruteurs sont de plus en plus nombreux à s’intéresser aux soft skills (qualités personnelles) des candidats. Il est donc essentiel de les travailler.

 
On l’entend et on le lit un peu partout, mais le terme peut paraître encore flou. En somme, qu’est-ce qu’une soft skill ? Il s’agit de compétences dites comportementales et non professionnelles comme la créativité ou l’empathie. De plus en plus plébiscitées par les entreprises, il est grand temps de travailler dessus afin de séduire votre futur employeur. “Les soft skills sont indispensables pour apprendre plus facilement de nouvelles hard skills” (les compétences dures, professionnelles)”, explique Jérôme Hoarau, coach et consultant en leardership et en efficacité professionnelle.

 

Solliciter l’entourage

Pour commencer, il conseille de se questionner sur ses expériences passées et de faire un répertoire de ses succès professionnels et personnels. “Cela peut être gagner une compétition de sport ou encore organiser un événement associatif”, précise Jérôme Hoarau. Il faut ensuite se demander quelles sont les ressources qui vous ont permis d’y arriver. Votre capacité à vous organiser, à fédérer, etc.

Il faut aussi se remémorer les moments difficiles et voir quelles ressources vous avez mobilisées pour dépasser l’adversité. “Souvent l’auto-questionnement n’est pas suffisant, estime le spécialiste. Il faut aussi interroger son entourage et lui demander ce qu’il a pu observer sur vos comportements et compétences, notamment dans une situation difficile.” Une fois ce travail réalisé, lors d’un entretien d’embauche, vous allez être capable de contextualiser vos soft skills avec des résultats. Elles seront alors beaucoup plus intéressantes pour le recruteur qui va pouvoir se projeter dans une situation précise.

 

Capacité d’observation

Travailler sur ses soft skills se fait également en vue d’un but. “Il faut identifier les compétences sur lesquelles capitaliser et identifier celles que vous n’avez pas encore”, précise Jérôme Hoarau. En fonction, vous pourrez définir des exercices pratiques à effectuer régulièrement. La ressource gratuite est très riche sur Internet mais aussi dans les manuels dédiés aux soft skills. Dans cette perspective, Jérôme Hoarau conseille de se fixer de petits défis de 30 ou 60 jours à faire seul ou en binôme. Travailler sur la cohérence cardiaque pour la concentration, ses compétences d’orateur, ou tout simplement son auto-discipline ou sa persévérance, des exercices existent pour tous les besoins.

“L’une des soft skills les plus appréciées en entreprise est la capacité à identifier des structures, des process, comme par exemple analyser un site Web, voir comment il est construit, ou encore identifier les étapes d’un discours”, glisse Jérôme Hoarau. Ne pas hésiter non plus à observer les autres et s’en inspirer.
 
 

gplus-profile-picture

Marie Roques
Journaliste pour Rebondir


Sur le même thème


Réagir à cet article

Un système de modération est en place sur ce site. Votre commentaire sera en ligne après vérification.


*

* Champs obligatoires