Les entreprises qui recrutent interim-btp

Le BTP s’engage en matière d’emploi

, par Marie Roques

En ce début d’année qui promet d’être compliqué sur le front de l’emploi, les fédérations professionnelles du secteur du BTP ont pris des engagements en matière d’emploi et de formation professionnelle.

Dans cette période économique à la fois difficile et incertaine, le secteur du BTP veut apporter sa pierre à l’édifice notamment en matière d’emploi. Ainsi, il bénéficiera de près de 10 milliards d’euros, issus du plan de relance pour soutenir le secteur du BTP dans sa globalité.

En matière d’emploi et de formation professionnelle, l’ensemble des fédérations du secteur a pris des engagements volontaires sur des objectifs précis et des moyens concrets en phase avec France Relance. Ainsi, l’objectif est de consolider l’emploi existant en solde net et maintenir une dynamique de création d’emplois au cours des deux prochaines années. La FNTP s’engage à 50 000 embauches dans les travaux publics d’ici 2022.

L’objectif est également de maintenir dans le bâtiment les effectifs de l’apprentissage en 2021 à un niveau équivalent à celui de 2020, lui-même supérieur de 5% à celui de 2019. Mais aussi d’augmenter de 50 % le nombre d’apprentis dans les travaux publics entre 2019 et 2022, soit une évolution de 8 000 à 12 000 apprentis sur la période.

 

A lire aussi : BTP, industrie, services : 1 000 réfugiés vont suivre une formation professionnalisante gratuite

 

Un plan ambitieux

Les fédérations s’engagent également à mobiliser les entreprises adhérentes pour que tout apprenti soit effectivement accueilli au sein d’une entreprise fin février 2021. Il s’agit aussi de reconduire une opération équivalente à celle des « 15 000 bâtisseurs » menée par la FFB dans les quartiers prioritaires de la ville en 2018-2019 et de façon plus générale une campagne de recrutement et de promotion des métiers.

« Le BTP est un secteur clé de l’économie, composé très majoritairement de très petites entreprises, implantée au cœur des territoires, et qui contribuent activement à l’emploi local et à la transmission des savoir-faire, estime Alain Griset, ministre délégué auprès du ministre de l’Économie, des Finances et de la Relance, chargé des Petites et Moyennes Entreprises. Je tiens à souligner l’ambition des engagements pris aujourd’hui par les fédérations professionnelles, qui sont à la hauteur de la mobilisation financière massive et rapide de l’État dans le cadre de France Relance. L’État répond présent à leurs côtés pour simplifier la vie des entreprises et les aider à trouver les compétences nécessaires. »

 

 

Avatar

Marie Roques
Rédactrice en Chef


Sur le même thème