Reconversion & Formation alternance-apprentissage

Alternance : choisir la bonne formule

, par Marie Roques

 

L’alternance peut paraître compliquée. Trouver la bonne formation, l’entreprise qui vous conviendra, choisir entre le contrat de professionnalisation et l’apprentissage… Rebondir vous donne les clés pour construire un projet solide et durable.

 
Souvent méconnue des principaux intéressés, c’est-à-dire les jeunes en recherche d’un emploi ou d’une formation, l’alternance est largement mise en avant par le gouvernement qui a engagé un projet de Transformation de l’apprentissage (lire encadré). “Le système permet aux jeunes de toucher du doigt la réalité d’un métier, d’être dans le concret”, assure Irène Imola-Guillaume, déléguée générale du Groupement des activités de transports et de manutention d’Île-de-France (Gatmarif) et membre de la Commission formation du Medef Île de France.

On remarque, dans le même temps, que l’image de l’alternance tend à s’améliorer. “Le système est mieux connu car il s’est développé au niveau de l’enseignement supérieur, se félicite Irène Imola-Guillaume. À l’origine, l’apprentissage, par exemple, était plutôt centré sur les métiers de l’artisanat or, il concerne d’autres secteurs d’activité.” Il faut cependant avoir en tête que le système regroupe des réalités bien distinctes. Fondée sur deux phases : pratique et théorique, l’alternance comprend deux types de contrats, l’apprentissage et la professionnalisation. Sachant que ces deux dispositifs répondent au même objectif de montée en compétences du salarié en combinant travail en entreprise et formation théorique. Voici les principales distinctions pour vous aider à trouver la formule qui correspond le mieux à votre situation.

 

Une question d’âge

L’apprentissage s’adresse aux jeunes à partir de 16  ans et la tranche d’âge promet d’être étendue jusqu’à 30 ans par le projet de Transformation de l’apprentissage. Il faut savoir que, d’ores et déjà, certains publics peuvent entrer en apprentissage au delà de 25 ans, selon le ministère de Travail. Par exemple les apprentis préparant un diplôme ou titre supérieur à celui déjà obtenu, les personnes reconnues travailleur handicapé. Celles qui ont un projet de création ou de reprise d’entreprise ou encore les sportifs de haut niveau.

À noter que les jeunes arrivés en fin de troisième peuvent être inscrits en apprentissage, sous statut scolaire, dans un lycée professionnel ou dans un centre de formation d’apprentis dès lors qu’ils ont atteint l’âge de 15 ans. Les apprentis peuvent être employés par les entreprises relevant du secteur artisanal, commercial, industriel, agricole ainsi que les employeurs du milieu associatif et même les professions libérales. Ceux du secteur public non industriel peuvent aussi être concernés par ce dispositif.

 
alternance-professionnalisation

 

Financement de la formation professionnelle continue

Le contrat de professionnalisation, quant à lui, peut être souscrit par les jeunes âgés de 16 à 25 ans et les demandeurs d’emploi de 26 ans et plus, mais aussi des bénéficiaires du RSA (Revenu de solidarité active), de l’ASS (Allocation de solidarité spécifique) ou de l’AAH (Allocation adulte handicapé). Et aussi par les personnes ayant bénéficié d’un contrat aidé. Elles peuvent être embauchées par tout employeur assujetti au financement de la formation professionnelle continue. En revanche, l’État, les collectivités territoriales et leurs établissements publics administratifs ne peuvent pas conclure de contrat de professionnalisation.

Pour vous aider à trouver la formule qui vous convient, il est essentiel de rappeler que le contrat d’apprentissage a pour but d’obtenir un diplôme d’État ou un titre à finalité professionnelle inscrit au Répertoire national des certifications professionnelles (RNCP). De son côté, le contrat de professionnalisation permet d’acquérir une qualification professionnelle reconnue, un certificat de qualification professionnelle ainsi qu’une qualification reconnue dans les classifications d’une convention collective nationale.

 

Une question de temps

Le contrat d’apprentissage et le contrat de professionnalisation sont conclus en contrat à durée limitée ou dans le cadre d’un CDI. La durée varie en fonction de la formation choisie. En principe, deux années pour la période d’apprentissage et de 6 mois à 1 an, voire deux ans dans certains cas pour le contrat de professionnalisation à durée déterminée.
 

gplus-profile-picture

Marie Roques
Journaliste pour Rebondir


Sur le même thème


Réagir à cet article

Un système de modération est en place sur ce site. Votre commentaire sera en ligne après vérification.


*

* Champs obligatoires