Métiers porteurs banque de france recrutement

Banque-assurance : des valeurs sûres

, par Innocentia Agbe

Les métiers de la banque et de l’assurance souffrent parfois d’une mauvaise image. Pourtant ce domaine d’activité continue à recruter, notamment dans la relation client. Il sait aussi proposer des avantages afin d’attirer les talents, comme des rémunérations attractives ou des possibilités de mobilité.

 

Plus de 30 000, c’est le nombre de recrutements que prévoyaient les employeurs en 2017 pour les activités financières et d’assurances selon l’enquête Besoins en main d’œuvre de Pôle emploi. Et l’une des forces du secteur est de recruter dans toute la France. L’Île-de-France est particulièrement concernée (un peu plus de 9 520 projets), mais pas uniquement. La Nouvelle Aquitaine (4 800), l’Auvergne-Rhône-Alpes (3 400), la Provence-Alpes-Côte d’Azur (2 600) ou encore l’Occitanie (2 000) figurent également en bonne place. En fait, toutes les régions embauchent à des degrés différents (voir infographie p 71). “Ce sont des secteurs très dynamiques, aussi bien la banque que l’assurance”, confirme Hélène Garnier, directeur de secteur Grand Paris Tertiaire chez Manpower.

 

Des opportunités variées

Plusieurs métiers recrutent. Dans les assurances, il y a beaucoup de postes pour “tout ce qui tourne autour de la relation client”, note Hélène Garnier. Il s’agit de professions comme celles de téléconseiller, chargé d’assistance, conseiller commercial ou encore chargé de clientèle. Les opportunités concernent aussi bien le segment des assurances de biens (automobile, habitat…) que celui des personnes (assurance vie, prévoyance, santé, retraite, etc.). La banque est également à la recherche de candidats en relation client. Les métiers de téléconseillers et chargés clientèle peuvent même être considérés comme étant en tension, les entreprises ayant parfois du mal à trouver les profils nécessaires. “Car ils sont très demandés dans tous les secteurs d’activité. Et puis ce sont des métiers que certaines personnes peuvent occuper à un moment de leur vie professionnelle pour ensuite faire autre chose, explique Hélène Garnier. Lorsque l’on a un BTS NRC [négociation et relation client, Ndlr] ou Muc [management des unités commerciales, Ndlr], on ne se destine pas forcément à être chargé de clientèle mais cela peut être un moyen pour les jeunes diplômés de se faire une expérience.” Il existe également des opportunités dans les métiers liés à la conformité dans la banque. Il s’agit d’emplois en back office afin notamment de vérifier le respect des règles en vigueur. “Il y a aussi les métiers de la comptabilité, ils sont en tension et pénuriques”, explique Marie-Hélène Agard, directrice senior Page Personnel. Par exemple pour le poste de comptable réglementaire en banque et assurance, accessible à partir d’un bac + 3.

 

La question du diplôme

D’ailleurs, est-il possible d’intégrer le secteur sans aucun diplôme ? Cela semble difficile. La plupart des recrutements se font avec un bac + 2. En revanche, le secteur est aussi accessible avec un diplôme qui n’est pas spécialisé dans la banque ou les assurances, à l’instar des BTS Muc ou NRC. Un bac + 2 rassure, mais il existe des exceptions. “Une personne qui s’est arrêtée au baccalauréat mais justifie d’une expérience plus longue dans la relation client pourra évoluer par le biais de la banque en ligne vers des métiers de téléconseillers et relation client à distance”, cite par exemple Marie-Hélène Agard. Cette dernière pointe également l’importance des soft kills dans des domaines d’activité en constante mutation. “Ce sont deux secteurs qui évoluent beaucoup sous l’influence de la transformation numérique. Les process changent énormément depuis 8-9 ans. Il y a de plus en plus de dématérialisation”, développe la directrice senior pour Page Personnel. Ce qui a aussi des répercussions sur les profils appréciés par les entreprises du secteur, comme la polyvalence. Marie-Hélène Agard cite également la curiosité digitale et le fait d’être à l’aise face au numérique.

 

Salaire et mobilité

Malgré leur relative bonne santé, la banque et l’assurance pâtissent parfois d’a priori négatifs. “La banque et l’assurance ont une image un peu terne”, reconnaît Marie-Hélène Agard. “Or, ce sont des entreprises qui ont de vrais atouts, parmi ceux-ci il y a la rémunération et les avantages annexes qui sont importants en banque.” Et ce ne sont pas les seuls arguments. “Les opportunités de mobilité interne sont intéressantes. Tous les trois, quatre ans, vous pouvez évoluer, postuler en interne. La mobilité peut aussi être géographique. C’est quelque chose qui est très encouragé”, poursuit cette dernière. “Ce sont des secteurs qui peuvent aussi être attractifs en ce qui concerne la rémunération proposée, remarque également Hélène Garnier. Sur des postes de téléconseillers, il y a beaucoup d’offres d’emploi et suivant le secteur d’activité il existe des écarts de salaire. La banque-assurance reste un secteur qui rémunère bien. Un téléconseiller junior peut avoir un salaire compris entre 22 000 et 25 000 euros bruts annuels et certains ont un fixe avec des primes”.

 

Carte Rebondir

 

LCL : 1 000 CDI par an

La banque LCL recrute 1 000 CDI chaque année dont une centaine de postes destinés à des bac +2/3. Ces derniers sont notamment recherchés pour des postes de conseillers clientèle pour les particuliers. L’entreprise est intéressée par les profils juniors et expérimentés. En ce qui concerne les diplômes, elle explique diversifier son recrutement et embaucher au-delà des filières banque, assurance et finance. Les recrutements concernent la France entière. Le réseau bancaire compte 1 700 agences et 19 000 collaborateurs. LCL recrute aussi autour de 600 alternants au niveau national. Il s’agit d’étudiants qui préparent au minimum un diplôme de niveau Bac + 3 pour le réseau commercial (conseillers pour la clientèle particulière, professionnelle, conseillers privés) et les fonctions supports (informatique, marketing, ressources humaines…).

 

gplus-profile-picture

Innocentia Agbe
Journaliste pour Rebondir


Sur le même thème


Vos réactions (1)

  1. PICO, le

    BONJOUR
    J AI 33 ANS D EXPERIENCE DANS LA RELATION CLIENT J AI 4 ANS D EXPERIENCE DANS LA RESPONSABILITE D UN SERVICE J AI 8 ANS D EXPERIENCE DANS LA GESTION D UNE ENTREPRISE MAIS JE N AI PAS BAC+3 MAIS LA MAJORITE DES BAC+3 N ONT PAS MON EXPERIENCE.ALORS LES PATRON QUAND PENSEZ VOUS,JE SUIS AU CHOMAGE.06.51.700.700

Réagir à cet article

Un système de modération est en place sur ce site. Votre commentaire sera en ligne après vérification.


*

* Champs obligatoires