Marché de l'emploi shutterstock_357518681

Coronavirus : près d’un jeune talent sur 2 avoue être inquiet quant à ses perspectives professionnelles

, par Mathilde Seifert

La crise du Covid-19 place un certain nombre d’acteurs du monde du recrutement dans une situation inédite. Qu’il s’agisse des entreprises, des écoles et universités ou encore des jeunes étudiants et diplômés, le contexte actuel rend l’avenir peu clair. Une chose est sûre, il y aura un avant et un après crise sanitaire.

Une enquête européenne mené par JobTeaser cherche à comprendre les nouvelles tensions et dynamiques apparues pour les acteurs du recrutement suite à la crise mondiale du Coronavirus. Cette dernière relève que près d’un tiers des jeunes talents aurait repensé totalement leur orientation professionnelle en réaction au contexte actuel. En effet, la quasi-unanimité des écoles et des universités juge que l’employabilité de leurs étudiants est affectée. La moitié d’entre elles sont dans l’incertitude la plus totale avec un manque d’information évident les empêchant de se projeter à long terme. Cette situation anxiogène l’est d’autant plus pour les jeunes diplômés, qui sont 40 %, à avouer être très inquiets quant à leurs perspectives professionnelles. En effet, 19 % de ces jeunes talents ont perdu leur stage, alternance ou CDI suite à la crise et 30 % des interrogés ont vu leur offre d’emploi ou de stage décalée voire annulée. Ces nouvelles arrivées sur un marché tendu et instable risquent d’amplifier les inégalités et les angoisses. Pourtant, de l’autre côté de la frontière, nos voisins allemands semblent bien plus sereins. Qu’il s’agisse de leur état émotionnel ou de leur vision du futur, les étudiants allemands sont 48 % à se déclarer sereins face à la crise.

Un changement durable

Bien que l’avenir reste incertain, il pourrait s’avérer positif dans un certain nombre de domaines. En effet, le rapport à l’emploi pourrait durablement changer et ainsi accélérer la croissance de certains modes de travail comme pour les indépendants ou les entrepreneurs. Dans un contexte où toutes les certitudes passées semblent remises en question, de nouvelles formes de résilience et de solidarité pourraient surgir. Plus de la moitié des jeunes interrogés ( 52 % ) se déclarent prêts à se lancer dans du volontariat pour aider à surmonter la crise. Du côté des écoles, 49 % d’entre elles réalisent de réels efforts pour trouver des solutions quant à l’insertion professionnelle de leurs étudiants. Une vraie volonté de maintenir les stages avant l’été est affichée car seulement 9 % des établissements annulent ou décalent ces derniers.

À LIRE AUSSI : Comment mettre à profit le confinement pour faire le point sur son projet professionnel

Enfin, les entreprises pourraient revoir fondamentalement leurs relations avec les jeunes talents. Ce nouveau modèle pourrait se baser sur la transparence, l’entraide, le soutien mutuel face à l’incertitude. Ainsi cela permettrait de maintenir un certain lien malgré le ralentissement des recrutements, total pour 25 % des entreprises de secteurs précis comme l’hôtellerie, le tourisme ou la vente. D’autres, 46 %, maintiennent partiellement leurs recrutements comme les secteurs de la distribution, de la logistique, du transport ou du digital. Une majorité d’entreprises cherche surtout à décaler leurs recrutements à septembre.

L’enquête se clôt par une série de recommandations, aussi bien aux entreprises, qu’aux étudiants et aux écoles. Il est conseillé aux entreprises de se montrer transparentes, de communiquer et de soutenir les jeunes talents. Pour les écoles et les universités, il est important de développer des formats interactifs, soutenir ses étudiants à distance ainsi que leur employabilité. Pour finir les étudiants doivent continuer de muscler leurs compétences, échanger avec leurs pairs et se lancer dans un projet, volontariat ou autres.

Avatar

Mathilde Seifert


Sur le même thème