Marché de l'emploi street mascotte

L’intérim, le bon plan pour les jeunes à la recherche d’un job d’été ?

, par Pierre Tourtois

Après avoir scruté ses offres d’emploi, la plate-forme d’intérim MisterTemp’ donne des pistes pour les recherches de missions estivales. Par exemple, les opérations de street marketing vont se multiplier dans l’Ouest.

Pour trouver un job d’été en 2017, il ne faut pas tarder mais il est encore temps. Voici le premier conseil donné par la plate-forme d’intérim MisterTemp’, qui a procédé à une étude des offres d’emploi estivaux hébergées sur son site. Ainsi, les jeunes et les étudiants pourront accéder à des missions ne nécessitant pas de qualification ou d’expérience “dans les secteurs de la manutention, de la logistique, du bâtiment, du commerce de proximité, de la restauration ou de la relation client téléphonique”.

 

Cibler l’Île-de-France, Rhône-Alpes et Provence-Alpes-Côte d’Azur

Trois régions sont particulièrement dynamiques en cette saison : l’Île-de-France, Rhône-Alpes et Provence-Alpes-Côte d’Azur, “avec notamment des besoins importants liés à l’activité touristique et à l’accroissement de l’activité estivale”.

MisterTemp’ affirme aussi que les cantines du Crous de Clermont-Ferrand cherchent des commis de cuisine, des serveurs, des magasiniers et des employés de restauration. Enfin, “de nombreuses opérations estivales de street marketing vont faire appel à des hôtesses et à des mascottes à Rennes, Fougères, Carcassonne, Bordeaux, Langon, Toulouse, Nantes, Saint-Nazaire, Pornic, Vannes, Quimper, La Flèche, Niort, Bressuire et Dieppe”.

 

Des postes courts, souvent payés au Smic

Autre tendance à noter : le mois d’août est la période où l’activité est la plus forte. Et selon MisterTemp’, les pourboires et les heures supplémentaires peuvent compléter une rémunération “qui s’établit la plupart du temps au Smic horaire, soit 1 150 euros nets par mois”. Enfin, la plate-forme rappelle que les “les revenus issus de jobs d’été (ou de vacances) ou de CDD durant l’année scolaire ou universitaire sont exonérés d’impôt jusqu’à trois Smic mensuels bruts, soit 4 399 euros”. Bref, vous n’avez rien à perdre !

Pierre Tourtois


Sur le même thème