Marché de l'emploi Contrat aidé

Contrats aidés : des associations dénoncent les décisions du gouvernement

, par La Rédaction

Le gouvernement a annoncé récemment son intention de diminuer le volume de contrats aidés dès cette année. Une mesure contestée par plusieurs associations de solidarité qui la qualifie de véritable coup de massue. Lettre ouverte au gouvernement par Emmaüs, la Fédération des acteurs de la solidarité, l’Association des paralysés de France, l’ATD Quart monde, Coorace, le Secours Catholique et l’UNIOPSS.

“Les associations de solidarité dénoncent les décisions du gouvernement visant à réduire le volume de contrats aidés dès le second semestre 2017. Elles rappellent que ces contrats sont, en période de crise, le seul moyen d’accès à l’emploi pour les personnes qui en sont le plus éloignées. Suite aux récentes annonces du Premier Ministre, positives mais insuffisantes, les associations demandent un rendez-vous en urgence avec Edouard Philippe et Muriel Pénicaud ainsi que la suspension de la décision dans l’attente de cette concertation.

Si les récentes prévisions macroéconomiques laissent présager des perspectives positives dans la lutte contre le chômage, nous savons toutefois qu’elles ne se traduiront pas à court terme par un retour massif à l’emploi des personnes qui en sont aujourd’hui privées. Les 2,5 millions de personnes au chômage depuis plus d’un an risquent ainsi de ne pas voir leur situation s’améliorer, tant elles suscitent la défiance des employeurs et rencontrent, du fait de leur pauvreté, de leur handicap, de nombreux obstacles au retour à l’emploi.

En permettant un accès quasi-immédiat à un emploi accompagné, les contrats aidés représentent pour les chômeurs de longue durée et les jeunes peu qualifiés le seul moyen de briser le cercle vicieux du chômage et de l’exclusion pour entamer un parcours de retour à l’emploi durable. Par le travail et l’accompagnement, les personnes développent en effet leurs compétences, acquièrent de l’expérience professionnelle et reprennent l’habitude du travail en équipe, autant d’atouts pour une insertion durable dans l’emploi.

 

Contrats aidés et formation

En outre, les contrats aidés sont aussi essentiels à la vie de nombreux de nos territoires et de nos concitoyens. Sans l’aide financière qu’ils représentent, beaucoup d’associations mais aussi de collectivités locales ou d’entreprises ne pourraient mener à bien leurs activités, en particulier dans l’action sociale, culturelle et sportive, notamment auprès des enfants, des personnes âgées, ou encore des personnes en situation de handicap.

Réduire aussi brutalement, de 459 000 à 320 000, le nombre de contrats aidés en 2017 et annoncer leur diminution drastique pour 2018 revient à supprimer les perspectives d’insertion de plus de 150 000 personnes et à remettre en cause des activités d’utilité sociale, environnementales ainsi que le bon fonctionnement de nombreux services publics. Dans certains territoires déjà en difficulté, notamment en outre-mer, l’impact social et économique sera désastreux.

Nous demandons au gouvernement de préserver un volume d’emplois aidés identique à celui de l’année 2016 et de renforcer le nombre de ces emplois en 2018 en ciblant les territoires les plus touchés par la crise et le chômage de longue durée. Nous demandons un meilleur accès à la formation des personnes en contrat aidé. La formation est en effet plus efficace lorsqu’elle se déroule en parallèle à une situation de travail et même d’emploi, comme nous le démontre l’alternance. Ne sacrifions donc pas les contrats aidés pour la formation mais combinons les deux, dans le cadre du plan de montée en compétences des demandeurs d’emploi déjà prévu par le gouvernement, afin de garantir un meilleur retour à l’emploi des chômeurs de longue durée. Nous demandons enfin de continuer à réfléchir et expérimenter d’autres moyens plus efficaces d’accès à l’emploi pour les personnes qui en sont le plus éloignées.”

La Rédaction


Sur le même thème


Vos réactions (8)

  1. Decueducui, le

    Deux ans en contrat Aide pour l’éducation nationale…auprès d’élèves en situation de handicap, un projet « pro » de l’envie et une forte motivation et « paf », le couverte tombe…plus de boulot à cette Rentrée 2017 …. merci Messieurs et Dames bureaucrates qui n’ont aucune notion de la « difficulte » à survivre de nos jours…surtout passé 45 ans !!!!!!

  2. TERRAY, le

    Les contrats aidés sont faits pour maquiller le chiffre du chômage et donner de faux espoirs. Soit un emploi est nécessaire donc, aide ou pas il existera. Les personnes qui indiquent dans leur CV des contrats aidés perdent des chances d’embauche car un patron ne considère pas cela comme un emploi et si il n’y a pas eu embauche à terme c’est que le candidat n’est pas à la hauteur du poste. Par contre ils augmente bien la dépense public donc les impôts et la dette.

  3. Fisher Viviane, le

    Le gouvernement décide de réduire les contrats aidés…….Bien sûr ils préfèrent le bénévolat c’est gratuit…. » Bénévoles démissionnez…… » Cela fera peut être réagir le gouvernement qui plane…….et n’a rien à faire des humains qui ont besoin de vivre et de se nourrir…….

  4. corynne, le

    Au mois de juillet j ai trouvé un poste d animatrice périscolaire en CAE pour un an et à 35hrs..je precise que j ai u un statut de trabailleur handicapé .au moment de réalisé mon contrat .l état a gelé mon embauche.je febais commencer le 4 septembre et a ce jour je c toujours pas si ils vont trouver une solution pour mon CAE et ne suis pas certaine quand cdd je serais prise.je v avoir 55 ans! alors imaginez ma deception et cette attente de decision!

  5. TESTU Brigitte, le

    Bonjour
    Je suis en CUI depuis bientôt 1an dans une ressourcerie.
    J’aime mon travail et j’ai eu de la chance de rentrer dans cette ressourcerie
    Et voilà que ça recommence, je devais résigner un ccontrat et Mme Penicaud en a décidé autrement.
    Je ne sais pas de quoi l’ avenir sera fait mais le mien mien devient bien sombre.
    Ne touchez pas à mon contrat aidé.

  6. LEFEVRE, le

    Je devais commencer enfin à travailler après plus de 4 ans de chômage et RSA comme secrétaire en contrat CUI en septembre, et mon contrat est annulée !!!! Quel désarroi, je me croyais depuis l’annonce de mon embauche en juillet, devenu enfin active et intégrée dans cette société qui ne laisse pas sa place, une chance, au chômeur de longue durée…. j’apprends seulement hier que je me retrouve au RSA encore et encore………….

  7. PANETTA, le

    Malheureusement les contrats aidés concourent encore à ce que nos prélèvement augmentent , ce n’est pas le but de nos impôts et prélèvement divers la plupart du temps ce sont des emplois bidons qui sont là juste pour faire mousser les élus et concourir à acheté des voix parmi les électeurs
    Les emplois doivent être d’une part l’existence de leur utilité et d’autre part de la raison économique .On entend pleurer les maires mais avant comment faisaient-ils les services fonctionnaient .
    Tout le monde veut que les choses changent mais personne ne veut que cela bouge.
    Les municipalité n’ont cessé de crever leur budget emploi et de ponctionner en taxe elles doivent maintenant faire de la gestion et serrer les boulons

  8. Cambillard, le

    Bonjour,
    je viens réagir sur l’article relatif aux contrats aidés. Je fais partie de ces personnes qui bénéficient du contrat aidé (CUI/CAE), 20h/semaine.
    Ce type de contrat permet à de nombreuses personnes de ne pas sombrer dans « l’inactivité » et permet également aux collectivités d’employer du personnel qu’elles ne pourraient pas « s’offrir » !
    Alors madame la ministre du Travail, réfléchissez un peu avant de (re)mettre au chômage des milliers de personnes !
    NC

Réagir à cet article

Un système de modération est en place sur ce site. Votre commentaire sera en ligne après vérification.


*

* Champs obligatoires