Les entreprises qui recrutent shutterstock_710404930

Les artisans bouchers recrutent !

, par Fabien Soyez

La crise du Covid-19 n’a pas atteint cette profession, elle l’a même renforcée durant le confinement. Le secteur de la boucherie forme et recrute, des jeunes en apprentissage aux personnes en reconversion professionnelle, nous fait savoir la CFBCT.

“Depuis le confinement, les Français sont de plus en plus nombreux à redécouvrir leurs artisans et à pousser la porte des commerces de proximité. En parallèle, l’orientation des jeunes, notamment en fin de 3ème, a été chamboulée par la crise. Alors que beaucoup sont encore dans le flou pour septembre, les artisans bouchers tiennent à rappeler qu’ils forment et recrutent” : tel est le message de la Confédération Française de la Boucherie (CFBCT) et de l’École Nationale Supérieure des Métiers de la Viande (ENSMV), dans un communiqué.

Entre 2007 et 2018, le nombre d’apprentis bouchers en formation a plus que doublé, passant de 4 925 à 10 203. Mais ce secteur d’activité comporte toujours plus d’offres d’emploi que de candidats. Un boulevard, donc, pour les jeunes et les personnes en reconversion.

 

Une profession à la recherche d’apprentis

Selon l’organisation professionnelle, plus de 10 000 jeunes se forment chaque année au métier de boucher en faisant le choix de l’apprentissage. “En 11 ans, le nombre d’apprentis a plus que doublé. Les jeunes sont en effet de plus en plus nombreux à préférer se diriger vers un métier qui a du sens, des valeurs, et qui leur garantit un bel avenir et un salaire attractif”, observe la CFBCT. Le secteur profite en outre d’un “regain d’intérêt” pour les métiers de bouche, de la gastronomie et de l’artisanat plus globalement.

Alors que le métier de boucher reste majoritaire masculin, la Confédération Française de la Boucherie-Charcuterie-Traiteur note que “de plus en plus de jeunes filles entrent en apprentissage dans la filière. Ces dernières années, le métier s’est modernisé et a aujourd’hui plus que jamais le vent en poupe”.

 

LIRE AUSSI : L’École Professionnelle de Boucherie élargit ses formations

 

De nouveaux parcours pour former des managers

Située à Paris, l’ENSMV a été créée en 1957 par la CFBCT. Elle reçoit chaque année plus de 3 000 stagiaires en activité provenant de l’ensemble du territoire et intervient spécifiquement pour le perfectionnement professionnel dans différents domaines : boucherie, charcuterie, activités traiteur, gestion, commercial, hygiène et sécurité alimentaire. Par ailleurs, elle forme chaque année plus de 200 adultes en reconversion qui apprennent le métier de boucher en préparant le certificat de qualification professionnelle. Sur 53 personnes en CQP technicien boucher en 2019, 28 % étaient titulaires d’un diplôme supérieur au bac.

Afin “d’accompagner les jeunes bouchers dans leur montée en compétences”, l’ENSMV lancera en septembre 2020 deux nouveaux parcours de niveau bac + 2 et bac + 3 : un diplôme “manager unité marchande” de niveau bac + 2 et un diplôme de licence professionnelle “commerce, boucher, manager” de niveau bac + 3. Objectif : former aux techniques avancées du commerce et de la distribution.

“Ces nouveaux parcours permettent de former des futurs responsables de boucherie maîtrisant les tendances actuelles du marketing, de la commercialisation des produits et gestion des gammes, du digital, de la communication, de la logistique, de l’analyse des coûts et du management des équipes”, note l’école.

 

1 500 reconversions par an

En parallèle, le métier de boucher attire aussi plus de 1 500 adultes en reconversion chaque année. “D’horizons totalement différents, ils étaient architectes, comptables, communicants, banquiers, et ont trouvé leur bonheur en devenant artisans. Véritable choix de passion, ils ont quitté leur routine et s’épanouissent désormais dans un métier qui a du sens pour eux, une décision qui leur permet d’allier plaisir et perspective d’avenir”, estime la CFBCT.

 

 

Fabien Soyez

Fabien Soyez
Journaliste Web et Community Manager


Sur le même thème