Les entreprises qui recrutent Format WEB  (2)

Oodrive : “Nous ne voulions pas perdre notre dynamique de recrutements”

, par Camille Boulate

L’entreprise spécialisée dans l’édition de logiciels de gestion de données ou de signature électronique a fait le choix de continuer à recruter de nouveaux collaborateurs en faisant passer notamment les entretiens à distance. Oodrive a également maintenu l’intégration des nouveaux salariés. Explications avec Camille Boudeau, responsable du recrutement.

Pourquoi avoir pris la décision de ne pas geler les process de recrutement mais aussi d’intégration durant cette période inédite de confinement et de télétravail ?

Oodrive propose des solutions dématérialisées et notre activité n’était pas forcément impactée par le fait que tout le monde passait en télétravail. Rapidement, nous nous sommes posés la question de geler tous les recrutements et l’intégration des salariés. Mais nous nous sommes aperçus, qu’au final, il n’y avait aucun frein pour continuer à effectuer les entretiens et à intégrer les nouveaux collaborateurs. Nous sommes sur un marché de l’emploi qui est tendu car la majorité de nos recrutements portent sur des postes de développeurs. Si nous mettions tout en stand by, le risque était de perdre le lien avec les candidats que nous avions déjà contactés avant le confinement mais également de perdre notre dynamique. En effet, si nous mettions tout à l’arrêt, il aurait été encore plus compliqué de se démarquer à la reprise de l’activité puisque tout le monde allait rechercher les mêmes profils. Nous nous sommes dit que nous pouvions tout effectuer à distance et c’est ce que nous faisons actuellement. Il était également important de conserver cette dynamique pour nos équipes opérationnelles. Car si nous avons besoin de recruter c’est qu’il existe une surcharge de travail pour nos collaborateurs. Tout stopper aurait envoyé un mauvais signal et risquait de mettre en souffrance les personnes qui sont déjà sur le pont et qui ont besoin de soutien.

Comment vous êtes-vous adaptés ?

Nous avons rapidement investi sur des logiciels tels que Zoom pour avoir des connexions optimales. Avoir une qualité de son et d’image pendant nos échanges avec les candidats était primordial. Grâce à ce type de logiciels, nous pouvons continuer à effectuer une vingtaine d’entretiens par semaine pour des postes qui sont actuellement à pourvoir. Nous avons, la semaine dernière, validé cinq candidats qui devraient nous rejoindre pendant ou après le confinement. Parallèlement, cinq autres collaborateurs ont intégré l’entreprise à distance.

À LIRE AUSSI : Coronavirus : les 15 métiers qui recrutent en cette période de crise

Comment parvenez-vous à intégrer, à distance, de nouveaux collaborateurs ?

Nous avons mis en place un système pour que chaque nouveau collaborateur reçoive, par coursier, un PC configuré avec tous les outils nécessaires pour travailler dès le premier jour. Puis nous avons déployé des sessions de onboarding que nous faisions déjà de manière physique avant le confinement, afin que tout le monde se présente et se connaisse. Et pour éviter les moments de creux dans la journée, nous avons déployé des modules de e-learning grâce à une plate-forme que nous avions déjà l’habitude d’utiliser. Car quand un salarié intègre une entreprise, il peut connaître des périodes moins actives les premiers jours. Quand il est physiquement dans l’entreprise, ce n’est pas un problème puisqu’il peut évoluer dans les bureaux et se présenter aux autres collaborateurs. À distance, il fallait absolument trouver un moyen de pallier ces moments d’inactivité. Par ailleurs, lors d’une intégration, il y a plein de moments informels qui sont importants autour de la machine à café ou à l’heure du déjeuner. Nous avons donc choisi de recréer ces périodes de sociabilisation en organisant des visioconférences entre les nouveaux collaborateurs et leurs équipes respectives. L’objectif étant que tous les salariés apprennent à se connaître via des discussions informelles qui ne sont pas des réunions. Car en télétravail, on a tendance à rythmer notre travail par des réunions et d’oublier ces moments, certes moins formels, mais qui sont toutefois importants de maintenir pour la cohésion d’équipe.

Combien de personnes recrutez-vous chaque année ? Et quels sont les postes à pouvoir ?

Chez Oodrive, nous sommes 400 collaborateurs et nous recrutons une centaine de personne tous les ans. 80 % des embauches se font en CDI. Au-delà des développeurs, nous recrutons également des commerciaux ainsi que des talents pour nos services marketing, finance, ou encore RH. Dans le détail, nous sommes à la recherche de product owner, de développeurs mais également des managers IT ou des UX designer, chargés de l’expérience utilisateur.

Avatar

Camille Boulate


Sur le même thème