Reconversion & Formation moncompteformation2

Formation professionnelle en 2020 : L’application du CPF encore peu utilisée

, par Fabien Soyez

Visiplus Academy publie son baromètre annuel de la formation continue. Un bilan contrasté, puisque nombreux sont les actifs français à ne pas avoir suivi de formation en 2019 et à ne pas avoir engagé de démarche pour en suivre en 2020.

 

Visiplus Academy, organisme de formation spécialisé dans le digital et le Web marketing, vient de publier les résultats de son premier baromètre annuel de la formation continue. Cette étude, réalisée avec l’institut de sondage BVA auprès d’un échantillon représentatif de 1 000 actifs (salariés et demandeurs d’emploi), révèle d’abord un bilan contrasté pour 2019.

Ainsi, alors que le rapport Bellon sur “l’emploi des travailleurs expérimentés” considère la formation comme un pilier du maintien dans l’emploi des seniors et de la lutte contre le chômage, 62% des actifs, dont 77 % des plus de 50 ans et 84 % des demandeurs d’emploi, déclarent ne pas avoir suivi de formation au cours de ces 12 derniers mois. Pour 2020, les perspectives ne sont guère plus réjouissantes, puisque 62% des répondants (dont 77 % des seniors) n’ont engagé aucune démarche pour en suivre.

 

L’application du CPF reste méconnue

Depuis fin novembre, l’application Mon Compte Formation permet aux travailleurs et aux demandeurs d’emploi de consulter leurs droits, de chercher et choisir une formation en ligne, dans le cadre du CPF (Compte personnel de formation). Mais pour l’instant, 52 % des actifs (dont 67 % des demandeurs d’emploi et 56 % de ceux avec un diplôme inférieur au Bac) déclarent ne pas avoir eu connaissance de ce service. Parmi les 48% restants, seuls 2 % ont réservé une formation via cette plate-forme ; 62 % déclarent ne pas savoir comment utiliser le CPF, 66 % ne pas avoir connaissance du montant de leur cagnotte, et 68 % ne pas connaître les formations auxquelles ils ont accès.

 

La formation en ligne “gagne du terrain”

Enfin, l’étude révèle une “évolution des méthodes et des besoins”, en rapport avec le numérique et la “transformation des métiers”. Ainsi, 44% des actifs estiment que la digitalisation de l’économie “implique pour eux des besoins en formation plus fréquents”, et le digital se positionne en tête des souhaits de formation formulés pour 2020, a égalité avec les langues étrangères (13 %), devant le management (10 %).

Le baromètre Visiplus / BVA révèle également la “montée en puissance” de nouvelles formes d’apprentissage. “Autrefois marginale, la formation en ligne semble gagner du terrain sur la formation présentielle : près d’un quart des actifs s’étant formé durant l’année a utilisé l’e-learning (19 %) ou le blended learning associant le présentiel et le distanciel (13 %)”, indique l’étude.

En outre, 21 % des formations ont été suivies en dehors du temps de travail, et 8 % à la fois en dehors et sur le temps de travail, “dans une démarche de co-construction employeur / salarié de son parcours de formation”. Selon Visiplus, “ces chiffres reflètent une prise de conscience accrue chez certains actifs de leur responsabilité personnelle quant à leur montée en compétence : ils n’attendent plus forcément que l’entreprise ait un rôle à jouer dans leur évolution professionnelle, et sont prêts à investir du temps et de l’argent dans leur projet de formation.”

 

Fabien Soyez

Fabien Soyez
Journaliste Web et Community Manager


Sur le même thème


Réagir à cet article

Un système de modération est en place sur ce site. Votre commentaire sera en ligne après vérification.


*

* Champs obligatoires