Métiers porteurs soignant

Les métiers du soin et du médico-social recrutent : “des opportunités tant pour les jeunes que pour une reconversion”

, par Fabien Soyez

Avec la crise, le chômage a explosé. Mais certains secteurs continuent de recruter. Et accélèrent même leurs embauches. C’est le cas de la santé et du médico-social. Le point sur les perspectives d’emploi dans ce domaine, avec Catherine Poux, directrice des services aux entreprises chez Pôle emploi.

La crise du Covid-19 a-t-elle eu un impact sur les recrutements dans le secteur de la santé ?

Certains secteurs ont été très touchés par la crise, notamment en matière de recrutements. Mais ce n’est pas le cas de ceux de la santé et du médico-social : au contraire, avec la crise du Covid-19, les besoins en recrutements sont toujours plus nombreux dans ces deux secteurs.

Depuis fin 2020, nous observons ainsi un très grand nombre d’offres d’emplois émanant des hôpitaux, mais aussi des Ehpad.

À noter que toutes les régions ne sont pas sur le même plan en matière d’offres d’emplois liés à la santé et au sanitaire et médico-social. Celles qui sont actuellement le plus en attente en matière de recrutement dans ces secteurs sont l’Île-de-France, l’Auvergne Rhône-Alpes et la Provence Alpes Côte d’Azur. Ces trois régions représentent environ 40 % des volumes.

 

LIRE AUSSIRecrutements : Malgré la crise, quels métiers s’arracheront en 2021 ?

 

Quelles perspectives percevez-vous pour 2021 ?

Les entreprises qui proposent des services d’aide à domicile ont de grandes attentes de main d’œuvre, de même que les Ehpad. De leur côté, les centres hospitaliers sont en recherche accrue de compétences ; des infirmiers aux aide-soignants, en passant par les auxiliaires de vie. Mais il faut savoir que toutes ces structures font face à une pénurie de candidats, depuis plusieurs années. Ainsi, ils peinent souvent à recruter.

Des hôpitaux aux Ehpad, jusqu’au domicile des patients, les soins et l’aide aux personnes vulnérables représentent donc des opportunités, tant pour les jeunes que pour les aspirants à la reconversion. Avec des possibilités de trajectoires professionnelles. Il est par exemple possible de passer du métier d’assistant de vie à celui d’aide-soignant, jusqu’à un poste d’infirmier.

Le top 3 des métiers les plus recherchés sont les infirmiers, les aides-soignants et les auxiliaires de vie. Mais les recrutements concernent aussi des fonctions support. Les structures d’hébergement auront aussi besoin de cuisiniers et de personnes dédiées à l’entretien des bâtiments. Les services d’aide et/ou de soin à domicile recherchent également des cadres, et des profils plus “administratifs”, pour s’occuper de l’organisation et de la planification des interventions.

 

aide-domicile

 

Cette pénurie de candidats est-elle une opportunité à saisir ?

Les besoins de main-d’œuvre ne suivent pas tous le même tempo. Certains sont urgents : pour répondre à la crise sanitaire, on cherche des renforts. On recrute des infirmiers, des aide-soignants, des médecins… Mais d’autres s’étalent sur le long terme : les établissements de santé et du médico-social cherchent aussi à accentuer les compétences métiers, dans la durée. En attirant de nouveaux profils, et en les formant.

Cela signifie que ces structures ont comme objectif, cette année, de rendre certains métiers plus attractifs. Notamment en luttant contre certaines idées reçues, qui freinent certains candidats.

Quand on parle des métiers d’aide à domicile, il peut y avoir, chez certains, le sentiment qu’il s’agit d’emplois précaires, ce qui est faux : 86 % des salariés de l’aide à domicile sont en CDI. On peut aussi avoir le sentiment qu’il ne s’agit pas de métiers qualifiés : certes, ce secteur recrute des non diplômés, mais il propose aussi des formations professionnalisantes, et 65 % du personnel est qualifié. Et contrairement à une autre idée reçue liée à l’aide aux personnes âgées, ces métiers sont tout à fait ouverts aux jeunes, y compris débutants ou avec peu d’expérience, pour peu qu’ils disposent de qualités relationnelles et d’écoute, et qu’ils fassent preuve d’un esprit d’initiative.

Du côté des métiers soignants, on constate aussi un déficit d’image tenace : ce sont des métiers tantôt perçus comme trop difficiles, tantôt idéalisés (à cause d’un manque d’information). De nombreux CFA et instituts de formation proposent désormais aux jeunes des parcours en alternance, pour leur permettre également de découvrir les métiers du soin et du médico-social sur le terrain, et ainsi de valider leurs projets professionnels. C’est le cas, notamment, des CFA membres de la Fnapss (Fédération Nationale pour l’Apprentissage aux Professions Sanitaires et Sociales).

 

LIRE AUSSICes 10 entreprises qui recruteront en 2021, malgré la crise

 

Il y a donc de nombreuses opportunités à saisir, pour de nombreux profils. Y compris pour ceux qui peuvent être tentés par une reconversion, mais qui hésitent, en pensant qu’il s’agit d’activités difficiles. C’est pourquoi Pôle emploi propose aussi à ces derniers de découvrir les métiers du soin et du médico-social avant de s’engager plus avant ; à travers l’immersion professionnelle.

Il faut garder en tête que tous ces métiers ne sont pas exempts de contraintes : ils peuvent vous conduire à travailler la nuit ou le week-end, ils peuvent vous confronter à la maladie et à la mort. Mais pour autant, il s’agit de métiers à forte valeur humaine, qui peuvent correspondre à votre envie d’aider les autres et de trouver du sens dans votre activité professionnelle.

 

pe-aide-a-domicile-V2

 

Fabien Soyez

Fabien Soyez
Journaliste Web et Community Manager


Sur le même thème