Conseil en recherche d'emploi sablier-temps

Gérer son temps en recherche d’emploi : “il faut restructurer ses journées”

, par Fabien Soyez

Comment être plus efficace lorsqu’on recherche un emploi ? Est-il possible d’adopter une organisation particulière ? Les conseils de Diane Ballonad Rolland et Laurence Einfalt, spécialistes de la gestion du temps, pour structurer ses journées et retrouver des repères. Des conseils qui peuvent aussi être suivis par les personnes reconfinées actuellement.

Pourquoi est-ce important de gérer son temps, même au chômage ?

Diane Ballonad Rolland : Le plus difficile à vivre, quand on se retrouve sans emploi, c’est la perte de repères. Nous avons besoin de structurer notre temps. Le problème, quand on perd son emploi, c’est que cette structuration, rythmée par le travail, disparaît. C’est ce que nous avons d’ailleurs vécu pendant le premier confinement (et que nous risquons de revivre ce prochain mois) : les personnes qui ne sont pas en télétravail sont déstructurées car elles perdent leurs repères. Cette perte de repères a un impact sur l’estime de soi. Car le travail fonde notre identité sociale.

 

Laurence Einfalt : Chercher un emploi est un projet, et si l’on ne s’en occupe pas, il ne risque pas de réussir. Au bout de quelques semaines de chômage, le risque est de se déconnecter des rythmes et des habitudes du travail : il peut alors être compliqué de les retrouver plus tard. Une bonne gestion du temps vous permettra en outre de ne pas déprimer parce que vous restez chez vous et qu’il ne se passe pas grand chose.

 

Comment retrouver des repères ?

D. B-R : Il est important, dans des proportions raisonnables, de réussir à restructurer ses journées. Cela signifie qu’il va falloir avancer en définissant des priorités. Pour se redonner un cadre, on va par exemple consacrer une partie de sa matinée, entre 9 heures et 11 heures, à la recherche d’emploi. Pas besoin d’y consacrer toute la journée : en fonction du poste recherché, cette tâche prendra plus ou moins de temps. Cette organisation du temps va aussi consister à évaluer, régulièrement, l’efficacité de ses actions. En fin de semaine, il peut être utile de faire le point sur les actions menées. Voir ce qu’il en est, afin de replanifier de nouvelles priorités et de réajuster ses actions.

Il faut poser des jalons réguliers, mais aussi se fixer des objectifs, voire des micro-objectifs très concrets. Pour les semaines et les mois qui vont suivre. Il faut les écrire, et fixer des échéances. Ce qui nécessite d’estimer le temps que chaque action prendra. Plus votre organisation est précise, plus elle sera encadrante. Pour structurer son temps, l’idée est finalement de se créer de nouvelles routines. Ces rituels peuvent être de dresser la liste de ses objectifs en début de journée, mais aussi, plus prosaïquement, de vous préparer un café.

 

L.E : Il faut articuler sa journée autour de 2 piliers importants. Le premier est de considérer qu’il faut se créer d’autres projets que celui de la recherche d’emploi : celle-ci vous prendra 1 à 2 heures par jour, pas plus. Aussi faut-il avoir d’autres activités, pour se sentir utile et actif. Il peut s’agir de projets manuels (bricolage, activité artistique), intellectuels (progresser sur un logiciel, apprendre de nouvelles techniques) ou physiques (faire du sport).

Deuxième pilier : mettre en place un certain nombre de routines, qui structureront votre journée. Par exemple, sortir dehors tous les matins (une heure, dans le cadre du reconfinement), afin de s’obliger à s’habiller et de rester dans “l’ambiance travail”. La première heure de la journée est importante, car elle donne le ton : il faut se lever en même temps que le reste de la famille, faire un peu d’exercice, et s’arranger globalement pour que cette heure soit agréable.

 

L’autre difficulté des demandeurs d’emploi, c’est de garder la motivation…

D. B-R : Poser des actions et gérer son temps, c’est relativement facile quand on est motivé. Mais quand la recherche d’emploi dure longtemps, la motivation peut s’émousser. Il est donc important de travailler cette motivation ; en variant les actions, en développant ses compétences via des formations en ligne ou des webinaires ; en continuant à s’informer pour rester actif. L’idée est de continuer à poser des actions positives, pour ne pas culpabiliser de ne pas être suffisamment actif.

Pas besoin d’être dans une suractivité contre-productive ; il faut aussi prendre soin de soi. Travailler d’une façon efficace, tout en préservant son niveau d’énergie et ses ressources. Sans certitudes sur le temps que prendra votre recherche, vous avez besoin de tenir le rythme. Ce qui signifie notamment le maintien d’une activité physique et d’une bonne qualité de sommeil. Plutôt que de faire feu de tous bois, il faut choisir ses actions, les cibler en fonction de leur efficacité ; tout en structurant son temps et en gardant une bonne hygiène de vie.

Il peut aussi être utile de se faire accompagner par un coach, ou de partager son objectif avec un groupe ou un “binôme de co-coaching”, avec qui se motiver mutuellement. Des rencontres que l’on planifiera aussi, comme autant de rituels nous permettant d’être plus fort.

 

Pour éviter de procrastiner pendant une recherche d’emploi, gagnerait-on à structurer son temps avec des stratégies de temps limité, comme la méthode Pomodoro ?

D. B-R : Elles peuvent être utiles si vous avez tendance à procrastiner et à repousser les objectifs que vous vous êtes fixés. Si votre motivation s’émousse, pour rester mobilisé chaque jour dans sa recherche d’emploi. Car dans cette situation, il est aussi important de semer de petites graines chaque jour. Ce qui nécessite de s’y mettre.

Les stratégies de temps limité, comme la méthode Pomodoro (qui consiste à travailler 20 minutes puis à faire une pause de 5 minutes, et ainsi de suite), permettent de rentrer dans l’action. Concrètement, elles vous poussent à vous assoir derrière votre ordinateur pour atteindre votre objectif.

L.E : L’idée n’est pas non plus de se mettre plus de pression que nécessaire. De telles méthodes peuvent être utiles, mais si vous vous instaurez un certain nombre de routines dans la journée, vous ne devriez même pas avoir besoin d’appliquer un timing. Ce qui est nécessaire, avant tout, c’est de se sentir avancer sur différents projets.

 

 

Fabien Soyez

Fabien Soyez
Journaliste Web et Community Manager


Sur le même thème