Les entreprises qui recrutent teletravail

Le mot “télétravail” de plus en plus fréquent dans les offres d’emploi

, par Fabien Soyez

Avec la généralisation actuelle du télétravail face à la crise du Covid-19, les entreprises s’adaptent. Selon Indeed, la part d’offres d’emploi comportant des mots clés liés au télétravail a triplé en un an. Côté demandeurs d’emploi, les recherches liées au travail à distance a aussi explosé.

Le mot “télétravail” revient de plus en plus souvent dans les recherches d’emploi : tel est le constat d’Indeed. D’après une étude du moteur de recherche d’emploi, la part d’offres d’emploi comportant des mots clés liés au télétravail a triplé en un an. Une conséquence de la généralisation du télétravail, en réponse à la crise sanitaire du Covid-19.

 

Les chercheurs d’emploi en quête de télétravail

Selon le Hiring Lab, l’institut de recherche d’Indeed, les demandeurs d’emploi regardent de plus en plus souvent dans les offres si elles prévoient une dose de travail à distance. Ainsi, les recherches comportant le mot clé “télétravail” ont augmenté de 115 % en un an.

Mais les candidats allemands, canadiens et américains sont beaucoup plus nombreux à rechercher ce terme. “Les requêtes liées au télétravail de la part des candidats sont en hausse, mais elles restent très marginales en France, avec 0,2 % des recherches totales contenant ce mot-clé (contre 1 % en Allemagne). En comparaison, près de 3,5 % des recherches américaines mentionnent les mots-clés liés au télétravail, soit près de 20 fois plus que dans l’Hexagone”, indique Indeed.

“Les candidats français savent sans doute qu’il reste difficile d’obtenir un poste en télétravail en France dans la plupart des secteurs, et utilisent donc moins cette stratégie de recherche que les candidats d’autres pays”, analyse Alexandre Judes, économiste au Hiring Lab.

 

LIRE AUSSI : Le télétravail, une pratique inadaptée à certains secteurs

 

Le télétravail s’impose dans les offres

Du côté des employeurs, le télétravail est aussi au cœur des projets de recrutements actuels. Ainsi, la part d’offres d’emploi comportant des mots liés au télétravail est passée de 2 % à plus de 6 % en un an. Des volumes encore modestes, mais une augmentation spectaculaire (X 3).

Selon Indeed, “la croissance a été substantielle” lors des deux confinements de 2020, “soit en mars-mai et octobre-décembre”. Toutefois, là encore, la France reste en retard par rapport aux autres pays où le travail à distance était déjà plus développé. “Elle affiche le taux de télétravail dans les offres le moins élevé, après l’Italie. Le Canada et l’Australie affichent des taux particulièrement élevés, supérieurs à 10 %”, nous apprend le Hiring Lab. Avec respectivement 8,4 et 5,9 %, le Royaume-Uni et l’Allemagne ont aussi vu les postes accessibles en télétravail augmenter considérablement en 2020.

Mais même si la France est en retard sur ses voisins européens et anglo-saxons, les employeurs devraient continuer à mettre le télétravail en avant dans leurs offres. Afin “d’attirer les talents et des candidats en quête de travail à distance”, analyse Indeed.

 

LIRE AUSSITélétravail : quels sont les droits des salariés

 

Communication, marketing, information médicale et développement de logiciels

À noter que les secteurs “en pointe” sur le télétravail, c’est-à-dire qui postent le plus d’offres liées au télétravail (entre 16 et 20 %), sont les médias, la communication, le marketing, l’information médicale, le développement de logiciels et la comptabilité.

D’autres domaines ont connu une “croissance particulièrement forte des offres en télétravail : c’est le cas de l’immobilier, des ressources humaines ou encore des services juridiques, qui ont vu leur part d’offres en télétravail prendre entre 7 à 11 points de pourcentage”, indique Alexandre Judes. Selon l’économiste, “cette évolution pourrait déboucher sur une nouvelle organisation du travail dans ces secteurs concernés.”

 

Fabien Soyez

Fabien Soyez
Journaliste Web et Community Manager


Sur le même thème